[Prix du Polar] Sélection de juin

Avec un peu de retard (mettons ça sur le compte de mes vacances), voici venu le bilan de la sélection du mois de juin pour le Prix du Polar du Livre de Poche. Un très bon mois dans l’ensemble, et si je n’avais pas eu un vrai coup de cœur, j’aurais eu bien du mal à faire un choix. Mais trêve de bavardage, passons aux trois livres imposés de ces dernières semaines.

Vincent Haauy – Le tricycle rouge

Première lecture de cette sélection, Le tricycle rouge (qui traînait d’ailleurs dans ma liste de souhaits depuis déjà plusieurs mois). Alec m’avait donné très envie de le découvrir, et Isa m’a proposé de le lire avec elle, c’est donc en très bonne compagnie que j’ai entamé ce livre (pour sa chronique, c’est par ici !).

Je ne sais pas par quel bout prendre l’intrigue pour t’en faire un résumé. Dans les grandes lignes, on suit Noah Wallace, enquêteur de génie mais difficile à vivre, partiellement amnésique et obsédé par les mots compliqués, qui part sur les traces d’un tueur qu’il croyait éliminé quelques années plus tôt. On accompagne également Sophie, jeune blogueuse passionnée d’histoires non résolues qui part sur les traces d’un reporter porté disparu depuis presque cinquante ans. On se doute que les affaires vont se croiser, mais difficile d’imaginer tous les rebondissements et tournants que cette histoire va prendre avant son dénouement…

IMPOSSIBLE de lâcher ce livre. Sans rire, ça fait très longtemps que je n’avais pas été aussi absorbée par un thriller, à enchaîner les chapitres jusque tard dans la nuit sans pouvoir m’arrêter. S’il y a un polar que je retiens depuis le début du concours, c’est sans hésitation celui-ci. C’est construit avec beaucoup d’intelligence, la plume est fluide mais aussi très précise, on a un beau panel de personnages attachants et très crédibles, Noah a un petit côté Monk qui m’a beaucoup plu, Sophie redore l’image des blogueurs… Et pour ne rien gâcher, l’intrigue se base sur un épisode historique (pas complètement avéré, si je ne dis pas de bêtise, mais en tout cas fortement soupçonné). Alors par contre, il faut que je te prévienne tout de suite : c’est violent, c’est assez graphique et ça ne conviendra pas aux plus sensibles. Mais lorsqu’on sait que ça se base sur une réalité potentielle, difficile de reprocher à l’auteur d’avoir imaginé une trame trop lugubre. Bref, Isa et moi on s’est vraiment éclatées, on l’a dévoré en deux jours et on s’est déjà procuré la suite, Le Brasier ! Je t’en parlerai, j’espère qu’il sera aussi bien que celui-ci.

Åsa Larsson – Tant que dure ta colère

J’ai poursuivi ma sélection avec ce roman suédois que j’ai lu quasiment d’une traite mais dont je ne me souviens plus vraiment. Pourtant, il avait des arguments et il se laisse lire avec beaucoup de facilité.

Ce livre rassemble tous les ingrédients classiques du polar suédois : des secrets de famille et de voisinage, un corps retrouvé sous la glace, des drames qui remontent jusqu’à la seconde guerre mondiale et un petit côté fantastique avec des visions du passé.

Pas mal d’arguments pour me plaire donc, et effectivement il m’a fait passer un bon moment. J’ai vraiment apprécié toute la partie sur la Seconde Guerre Mondiale, et la découverte progressive des faits avec bien entendu le lien avec l’affaire présente. Rien de très innovant, pour peu qu’on ait un peu l’habitude du genre, mais c’est bien fait et je n’ai pas grand chose à lui reprocher. Par contre, ça manque un peu de rythme et de suspense, puisqu’on dévoile la vérité petit à petit et qu’il n’y a pas de réel retournement de situation. Chouette à lire donc, mais pas très marquant.

Nicolas Lebel – De cauchemar et de feu

J’ai dû me dépêcher de lire ce dernier livre (un joli pavé) avant le délai pour voter, et là aussi c’était une jolie surprise.

L’histoire navigue entre le présent en France et le passé en Irlande du Nord. C’est l’occasion de revenir sur le conflit irlandais, avec l’IRA et toute cette période de violence qui s’est étalée sur une trentaine d’années. Pendant que les enquêteurs tentent d’attraper un tueur en série qui sévit dans les rues de Paris, des flash-backs nous permettent d’en apprendre plus sur le conflit et sur le quotidien au cœur des actes terroristes de l’époque.

Comme dans Tant que dure la colère, tout l’aspect historique m’a vraiment intéressée et je l’ai trouvé bien amené, bien documenté et distillé avec soin tout au long du roman. Par contre, je ne connaissais pas Nicolas Lebel et j’ai regretté de me retrouver une fois de plus avec un tome qui ne soit pas le premier, toutes les histoires internes des policiers m’ont laissée un peu indifférente parce que je sentais bien que je les prenais en cours de route. On est à nouveau sur un schéma classique, on comprend qui est le tueur bien avant la fin du livre et ensuite on assiste surtout à la course-poursuite : c’est une façon de faire qui me convient moyennement, j’ai de la peine à rester captivée lorsque je sais déjà qui est le coupable (puisqu’on se doute bien qu’ils vont l’attraper, à la fin du livre). Je le mettrais dans le même panier que Ne prononcez jamais leurs noms, avec la dimension historique en plus, et je réalise que ce côté « roman français dynamique avec des policiers qui courent après un coupable qu’on a déjà identifié » me convient de moins en moins. Par contre, c’est un genre très populaire et les deux livres ont remporté le plus de voix pour leurs mois respectifs, donc ne te laisse pas influencer par mon avis !


Pas de surprise pour le bilan, j’ai voté sans hésitation pour Le tricycle rouge. Malheureusement, il a été jugé trop violent par une partie des jurés et c’est De cauchemar et de feu qui passe à l’étape suivante. Je suis bien désolée de ne pas pouvoir voter pour Vincent Hauuy lors du vote final, mais je reconnais que Lebel avait de bons arguments ! Il reste deux sélections avant le verdict, je te ferai un récapitulatif à la fin. J’espère avoir encore de belles surprises !

7 commentaires sur “[Prix du Polar] Sélection de juin

Ajouter un commentaire

  1. Je viens de passer sur le blog de Mimine qui vendait déjà trop bien Le tricycle rouge et là, je passe par chez toi !
    Trop dur de résister ça va être (oui je me mets à parler tel Yoda xD), il faut que je me tienne éloignée de toutes formes de librairies !

    Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :