[#PLIB2019] Terre de Brume T1

Cindy Van Wilder, 2018

#ISBN9782700259230

Cette année et comme l’année dernière, je suis dans le jury du Prix Littéraire de l’Imaginaire BooktubersApp, ce prix organisé par et pour les influenceurs littéraires avec l’envie de promouvoir la littérature francophone de l’imaginaire sous toutes ses formes. Nous sommes dans la dernière phase de l’aventure, où il s’agit de lire les cinq romans finalistes et de les chroniquer avant de choisir son grand gagnant, et si j’ai déjà lu tous les candidats, je n’ai encore rédigé aucune chronique. Il est donc grand temps de démarrer ce marathon, et c’est le premier tome de Terre de Brume que je vais te présenter aujourd’hui !


Au passage, je profite de faire un petit point sur l’actualité du PLIB : nous sommes en train de réunir de l’argent pour te préparer une remise de prix aux petits oignons en octobre à Paris, avec tous les auteurs finalistes. Alors si tu veux rencontrer Aurélie Wellenstein, Vincent Tassy, Céline Chevet, Cindy Van Wilder ou Floriane Soulas, ou si tu as simplement envie de soutenir cette belle initiative, je t’invite à jeter un oeil à l’opération Ulule pour mettre quelques sous dans la cagnotte (contre de très chouettes contreparties évidemment) ! On a besoin de toi !


Pour le cadre, on est dans de la fantasy sur fond de message écologique, avec un monde englouti sous une brume toxique suite au Bouleversement. Quelques sanctuaires subsistent, où les gens apprennent des magies élémentaires et tentent de restaurer un niveau de vie acceptable pour les survivants. La jeune Intissar apprivoise ainsi la magie du feu, et lorsqu’elle découvre qu’un danger menace les Prêtres de l’eau de Taho, elle se dresse contre l’avis de sa communauté et part les avertir, rencontrant ainsi Héra…

Si j’ai renoué partiellement avec la littérature jeunesse grâce au PLIB, je reste une cliente très exigeante. Tu le sais, j’ai dévoré tout ce qui me passait sous la main à l’adolescence et j’ai peut-être fait un genre d’overdose, je me suis lassée des recettes traditionnelles et je ne me retrouve plus dans ces codes qui fonctionnaient très bien sur moi. J’aime les romans qui prennent leur temps, qui développent la psychologie des personnages et leurs états d’âme, et les scénarios rythmés ne me suffisent plus. J’ai quand même trouvé quelques pépites, Patrick Ness ou Stéphane Servant par exemple, qui osent des narrations différentes, amènent de la poésie ou des sujets très adultes, et je ne mets pas toute la littérature jeunesse dans le même panier, mais je pense que tu as compris le principe.

Du coup, Terre de Brume n’est pas un coup de cœur pour moi, mais je ne peux pas véritablement le lui reprocher. On n’était pas faits pour s’entendre, il n’entre pas dans ma zone de confort et mes horizons littéraires ont bien changé depuis mon adolescence. Je l’ai également lu dans le cadre d’un prix, ce qui me rend plus sévère, bref, tout un tas de raisons extérieures au roman en lui-même ont joué en sa défaveur. Mais je n’ai pas envie de le descendre en flèche, justement parce que ces raisons ne dépendent pas de lui, et je vais donc m’adresser dans cette chronique à ceux qui font plus partie du public-cible et ont toutes les chances d’apprécier cette lecture.

Je commencerais par la plume, qui est très adaptée au ton de l’histoire. Elle est simple et efficace, elle va droit au but en montrant tout de même un vocabulaire appréciable, elle s’aligne avec le rythme soutenu du récit et la découverte du roman se fait donc dans une grande fluidité. Chaque petit chapitre est précédé de quelques citations qui enrichissent l’univers et la narration oscille entre les deux personnages principaux, Intissar et Héra.

A ce sujet, j’ai quand même une réserve : si les deux jeunes filles semblent très différentes au premier abord, j’ai eu de plus en plus de mal à les identifier au fil de ma lecture, et je devais parfois revenir au début du chapitre pour savoir qui racontait l’histoire. Ca m’interroge un peu sur l’intérêt d’alterner les points de vue, j’avoue ne pas m’être attachée ni à l’une, ni à l’autre.

Mais surtout, le cadre est très intéressant : j’ai beaucoup aimé ce monde étouffé sous cette brume toxique, qui s’échappe à chaque fois qu’on se sert de la magie et qui rend chaque décor inquiétant et énigmatique. Evidemment, on fait le parallèle avec notre planète, la pollution qu’on produit et qui nous tue à petit feu, et c’est toujours une bonne idée d’amener un message écologique dans des lectures adolescentes. Ici, c’est bien amené, cohérent avec l’ensemble et pas trop moralisateur, donc tout à fait agréable.

Quant au scénario, si j’ai eu du mal à me plonger dedans, je pense qu’il m’aurait beaucoup plu il y a dix ans. C’est dynamique, on voyage, on s’interroge sur la nature des créatures qu’on aperçoit dans la brume, on découvre progressivement les pouvoirs des uns et des autres, l’histoire va crescendo avec une narration soutenue, bref, ce n’est plus pour moi et c’est un peu classique mais je me serais éclatée à l’adolescence, c’est certain !

Au final, c’est donc un très chouette roman de fantasy jeunesse, divertissant et facile à lire. Si tu aimes ce genre de littérature, je te le recommande tout à fait. Dans le cadre du PLIB, par contre, j’émets plus de réserves, mais pas parce qu’il n’est pas dans mes goûts actuels : simplement parce que, pour décerner un prix, j’en attends un peu plus. Un peu plus d’audace dans le scénario, de virtuosité dans la plume et d’originalité dans la narration. Ca n’enlève rien aux qualités de ce livre et je prends peut-être mon rôle de juré trop à cœur, mais j’ai envie d’offrir mon vote à un roman qui dépasse le divertissement et prend plus de risques. La suite au prochain épisode !

Et je te laisse avec du Parov Stelar, parce que j’aime beaucoup l’electro-swing et qu’ils font également des merveilles dans leurs morceaux lents. « The Fog » me paraissait très judicieux dans ce contexte… S’enfoncer dans la mer de brume, avec cette musique en fond, moi ça me parle.

17 commentaires sur “[#PLIB2019] Terre de Brume T1

Ajouter un commentaire

  1. Comme toi, j’ai parfois du mal avec les romans jeunesse, beaucoup même. Mais je me laisse tenter de temps en temps et ce livre me fait plutôt envie surtout pour la mythologie. J’avais tenté Les Outrepasseurs et ça ne s’était pas très bien passé, peut-être que ma lecture sera meilleure avec ce premier tome.

    Aimé par 1 personne

  2. Comme c’est le premier roman de l’autrice que j’ai vraiment bien aimé, je pense que je suis un peu subjective ^^
    Mais je suis tout à fait d’accord avec ton point de vue, on est d’accord que ça reste assez « classique » sans pour être autant vu et revu ! =)

    Aimé par 1 personne

  3. Tout comme toi, j’ai été réceptive quant à l’univers mis en place par l’autrice ; j’aurais voulu m’y balader davantage. Je suis contente que les questions d’écologie soient intégrées dans les récits et disponible dans le panorama francophone. Je n’ai pas encore lu le second tome, je reste curieuse 🙂
    Je valide le morceau de Parov Stelar, très bon choix !

    Aimé par 1 personne

  4. Je lis enfin ton avis après avoir publié le mien et je pense que nos ressentis sont assez proches au final même si je suis beaucoup beaucoup moins dure que toi sur celui-là aha

    Malgré ses petites faiblesses (psychologie des personnages, manque d’appronfondissement de l’unives, etc.), le fait que ce soit un tome 1 me rend plus indulgente. J’en attends beaucoup plus du second tome du coup qui, pour moi, devra aller bien plus loin pour que je sois satisfaite de cette duologie ! Ce premier tome était une bonne introduction à cet univers mais de fait, à l’adolescence ce genre de récits nous touchent beaucoup plus ! Mais j’ai trouvé que pour le public visé, le propos était bon, le récit bien mené à l’inverse des deux autres livres du PLIB que j’ai déjà chroniqués (Rouille et Le Dieu Oiseau) qui m’ont semblé passer à côté de leur public puisque j’ai 23 ans et que normalement le young adult me concerne et que je leur ai reproché pleins de trucs ! Peut-être que je fais une réaction allergique au young adult moi aussi xD

    Par contre j’avoue que stylistiquement Terre de Brume est bien en dessous d’un autre livre du PLIB que je viens de commencer et qui part très fort pour moi aha (Je fais du suspens, t’as vu ? Sauras tu deviner de quel ouvrage je paaaarle roulements de tambours )

    J’ai hâte de lire tes avis sur les autres ouvrages du PLIB ! Tu as déjà fais ton choix du coup si tu les as tous déjà lus ou ton coeur balance encore ? aha

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je vois ce que tu veux dire ! Moi je ne pense pas avoir été assez captivée pour lire la suite, je suis vraiment devenue pénible avec le YA 🙂
      Aaaah le suspense est total, pour moi autant La fille qui tressait les nuages que Comment le dire à la nuit ont des styles de fou !
      Mmh non, mon coeur balance encore héhé. Je vais peut-être me faire quelques relectures avant septembre !

      Aimé par 1 personne

      1. Non mais c’est légitime quand on a trop lu d’un « genre » on devient plus exigeant aha
        Second indice : Je pensais que ce serait un coup de coeur mais finalement, nope nope ! Y a un style de ouf MAIS… C’est décevant au final il se passe pas grand chose ^^
        Put**n, tu es une jury exemplaire, j’admire la détermination hihi

        Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :