[Rétrospective] Février

J’avais prédit que ce mois-ci ne serait pas aussi touffu que le précédent, et j’avais vu juste. Il faut dire que j’ai commencé ma thèse, et donc changé de rythme, d’environnement et de conditions de travail, ça demande un temps d’adaptation (même si je suis aux anges !) et ça s’accompagne évidemment d’une certaine dose de fatigue. Mais ça ne m’a pas empêché de faire de très jolies découvertes littéraires !

Les lectures :

  • Philip K. DICK – The Man in the High Castle
  • Michael FARRIS SMITH – Une pluie sans fin
  • R. J. ELLORY – Mockinbird songs
  • Elizabeth BERG – Durable goods
  • Virginie GRIMALDI – Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie

Pour le classique du mois, j’avais choisi The man in the high castle, pour enfin découvrir la plume de Philip K. Dick. L’expérience a été plus fastidieuse que prévu (ce n’était peut-être pas le mois idéal pour ça) et si je reconnais le travail considérable de cette uchronie, il m’a manqué un peu d’action pour enrober les informations historiques et j’ai eu un peu de mal à le terminer. Je ne m’avoue toutefois pas vaincue, si tu as un autre K. Dick à me recommander, j’en prendrai bonne note !

En SF d’anticipation, j’ai lu Une pluie sans fin qui dormait dans ma liseuse depuis un certain temps déjà. Mais là non plus, la rencontre n’a pas été foudroyante : j’ai apprécié cette idée d’une partie du monde qui se retrouve battue par des pluies incessantes, mais le rythme m’a prise de court (parfois trop rapide, parfois vraiment lent) et j’ai eu du mal à trouver de la cohérence entre les événements et le traitement général de ces pluies.

Par contre, je me suis tournée vers une valeur sûre côté polars et j’ai beaucoup aimé Mockingbird songs (Le chant de l’assassin en français) de R. J. Ellory qui a fait ses preuves plusieurs fois auprès de moi. Le héros est un jeune homme qui sort de prison et décide de payer sa dette auprès de son ancien compagnon de cellule en retrouvant la fille de ce dernier pour lui donner une lettre, secouant ainsi sans le vouloir des secrets gardés par toute une communauté depuis plusieurs dizaines d’années. On est comme d’habitude dans le fin fond des Etats-Unis, avec une narration sur plusieurs époques qui nous montre la méfiance, la noirceur de l’âme humaine et toujours un espoir de rédemption.

Ma lecture du challenge des 12 mois de février était choisie par mon amie Kim, et j’ai donc lu Durable goods avec très grand plaisir. Un roman touchant sur l’adolescence (aux US, là aussi) avec une héroïne qui vit avec son père et sa sœur dans une base militaire et qui rêve de s’enfuir loin de ce père abusif et violent. Pas simple à lire, mais à la fois très doux.

Et enfin, dans la catégorie feel-good, j’ai profité de m’aérer la tête avec Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie offert par ma chère Cha’. J’avais beaucoup aimé Virginie Grimaldi dans Le premier jour du reste de ma vie, et j’étais ravie de retrouver sa plume dans ce nouveau roman que j’ai encore préféré. La douleur d’un divorce et les différentes étapes du deuil, les souvenirs qui remontent et les demi-vérités, tout est monté avec soin et je l’ai dévoré en deux jours.

Les sagas :

  • Andrzej SAPKOWSKI – Le Sorceleur T9
  • Philip PULLMAN – His dark materials T1
  • Ann BRASHARES – Quatre filles et un jean T4-T5

Deux sagas terminées ce mois-ci, c’est plutôt chouette ! J’ai enfin tourné la dernière page de la grande saga du Sorceleur avec Hélène, il faudra que je fasse une chronique un de ces quatre. J’ai aussi fini ma relecture de Quatre filles et un jean avec les copines de Relire son enfance, et profité pour découvrir le tout dernier tome que je n’avais jamais lu. Je craignais le réchauffé, eh bien je me suis pris une jolie petite claque et je te prépare bientôt un article qui présentera tout ça plus en détail.

Et toujours dans les relectures, j’ai lu avec Cha’ le premier tome de His Dark Materials (A la croisée des mondes) que j’avais tellement adoré enfant et que j’avais hâte de retrouver. J’étais un peu contrariée de la série HBO (malgré des images magnifiques et un casting au top) et c’était donc idéal de pouvoir relire le roman juste après pour confirmer certains ressentis. Bref, le livre est une merveille d’imagination et je trépigne déjà à l’idée de relire les deux autres pour savourer toute l’ampleur de cette saga culte !

Les services de presse :

Trois lectures plutôt feel-good côté auto-édition, à croire que j’avais bien préparé mon coup pour la reprise du boulot. La loterie du ciel prend des airs un peu plus policiers dans un futur d’anticipation entre réalité et fantaisie, Ca fait marrer les oiseaux qui s’envolent offre un hommage sympathique aux chanteurs français des années 80, et Amitiés express nous fait partir sur les routes dans un covoiturage léger et pétillant.

Evolution de Suzette :

  1. Philip K. DICK – The Man in the High Castle
  2. R. J. ELLORY – Mockinbird songs
  3. Virginie GRIMALDI – Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie
  4. Andrzej SAPKOWSKI – Le Sorceleur T9
  5. Ann BRASHARES – Quatre filles et un jean T4
  6. Philip PULLMAN – His dark materials T1
  7. Ann BRASHARES – Quatre filles et un jean T5
  8. Elizabeth BERG – Durable goods
  9. Michael FARRIS SMITH – Une pluie sans fin

Un petit mois pour Suzette, mais aucun ajout, ce qui la fait tomber à 70 titres ! J’apprécie décidément beaucoup cette idée de séparer les romans papier des numériques, d’autant que Suzette peut désormais prendre ses aises dans mon salon (j’ai acheté une petite étagère qui lui est dédiée, ça me permet de mieux suivre son évolution !). Je pensais écrire au moins un ou deux articles de plus ici ce mois-ci, mais je refuse de me forcer si je n’ai pas l’énergie et l’envie de le faire. Par contre, plusieurs chroniques sont en projet, et j’espère bien te les montrer en mars !

18 commentaires sur “[Rétrospective] Février

Ajouter un commentaire

  1. Le maître du haut château m’était tombé des mains quand j’ai essayé de le lire, il y a longtemps. C’était trop complexe pour moi à l’époque, je crois…et je ne suis pas sûre que j’aimerais le retenter, malgré le temps écoulé ! Par contre, j’ai adoré le Ubik de Philip K. Dick : pour peu qu’on se laisse emporter dans le délire, c’est une merveille qui retourne le cerveau à la première lecture. J’aimerais pouvoir le redécouvrir pour la première fois. Je m’étais aussi enfilé, ado, Siva, qui était un pavé immense sur le retour de Dieu (entre autres), je ne sais pas comment j’avais réussi à aller jusqu’au bout. Ça donnait pas mal l’impression d’être sous hallucinogènes, haha !

    Je ne peux que te resouhaiter une belle lecture pour A la croisée des mondes ! Dis-moi, qu’est-ce qui ne t’a pas plu dans la série ?
    Bon courage pour la continuité de ta thèse 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Ah tu me rassures, je ne suis donc pas la seule à avoir eu du mal avec cette lecture ! Super, je note Ubik pour retenter l’expérience.
      Pour HDM, les éléments principaux sont là (et plutôt fidèles), mais il me manque souvent le lien entre les scènes, les causes, les raisons derrière les décisions, de sorte que tout semble s’enchaîner sur des prétextes un peu bidon. Par exemple, je trouve qu’ils donnent un peu trop d’importance à Lyra au début (lorsqu’elle rejoint les Gyptians), c’est elle qui recrute Lee et Iorek, qui s’impose dans le voyage, qui convainc John Faa de la laisser partir avec Iorek pour cette histoire de fantôme (alors que dans la série, elle est présentée comme leur meilleure défense, d’autant qu’ils sont partis avec femmes et enfants et que Iorek leur est donc très précieux). Bref, on dirait qu’elle dirige tout le monde alors que ce n’est qu’une enfant et qu’il n’y a pas vraiment de raison qu’ils la prennent au sérieux. Dans le livre, elle est bien plus en retrait au début, elle prend le temps de faire ses preuves avec l’aléthiomètre (qu’elle apprend patiemment à utiliser avec Farther Coram qui peut donc témoigner de ses progrès) et elle n’est pas l’instigatrice de toutes les décisions du groupe. Ca me semble beaucoup plus fluide dans le bouquin et ça donne donc un peu plus de contenance au récit.
      C’était un exemple parmi d’autres, je trouve surtout que la magie de cette histoire tient dans le travail d’orfèvre sur les différentes croyances, peuplades et traditions, et le fait d’enlever des éléments fondateurs comme le côté sacré des armures des ours (pourquoi ils l’enlèvent dans leur duel ?!), le tabou de toucher le daemon de quelqu’un d’autre, les jeux politiques des sorcières, bref tous ces éléments qui passent à la trappe par manque de temps enlèvent beaucoup de corps à ce récit fabuleux. Par contre, images, acteurs, musique, rien à dire 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Ah, je comprends ce qui te gêne dans la série ! Perso, je l’ai beaucoup aimée, mais je ne la trouve pas parfaite, et avec ton avis tu viens peut-être de m’éclairer sur ce qui manquait sans que j’arrive à mettre le doigt dessus. Autant l’histoire de Will est très bien intégrée, autant il est vrai que l’implication de Lyra est vite assez « forcée », elle devient tout de suite trop importante au lieu de faire ses preuves petit à petit, comme tu dis. Ce n’est pas assez bien amené et ça empêche la cohérence parfaite de l’ensemble. C’est vrai aussi que des tas d’élements manquent de façon un peu plus expliquée, daemons, armures des ours mystique des sorcières (j’aurais adoré qu’ils développent plus Iorek et sa personnalité), ça m’a un peu frustrée aussi, je ne sais pas s’ils auraient pu l’amener tout en gardant un style prenant à l’ensemble. C’est vrai que même dans l’adaptation film ils n’ont pas leur armure, je me demande si ce n’est pas un problème d’animation des images de synthèse?… J’espère qu’ils pourront se rattraper dans la saison 2 !

        Aimé par 1 personne

        1. On se rejoint bien du coup ! Je pense que je regarderai quand même la saison 2, et je suis d’accord que l’introduction de Will était une bonne idée (même si du coup il y avait encore moins de temps pour développer l’histoire principale) 🙂 On verra bien comment ils gèrent le truc par la suite !

          Aimé par 1 personne

  2. Je sens que tu vas me servir d’expérience (oui, pardon) pour Philip K. Dick, il faudrait que je le lise mais c’est toujours pas fait.

    Concernant Virginie Grimaldi, je ne sais pas du tout si ça me plairait… Ses romans plaisent à tant de monde ! Mais le feel-good et moi…

    Tu as lu « A la croisée des mondes » quand t’étais enfant ? Je devais avoir 12-13 ans quand je l’ai lu… C’était pas trop dur ?

    Aimé par 1 personne

    1. Haha je te dirai quand j’en réessaie un, dans ce cas !
      Je ne suis vraiment pas feel-good d’habitude, là j’avoue que ça me touche 🙂 Et puis ça se lit sans effort, des fois c’est bien pratique.
      Arf alors je ne sais pas à quel âge je les ai lus, j’aurais dit plutôt vers 10 ans… Dur à quel niveau ? 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Je viens de finir de relire les 3 A la croisée des mondes, j’aime vraiment immensément cette histoire 🙂 (et le truc avec Lee et Iorek c’est dans le 3 en fait^^)
    ça me fait bizarre de ne plus avoir de Sorceleur à lire, malgré notre rythme irrégulier, c’était devenu une habitude^^
    4 filles et un jean reste un livre de qualité même après tout ce temps!
    Joli mois de lecture quand même! C’est une bonne idée un meuble à PAL, mes livres non lus sont mélangés aux autres sur ma bibliothèque 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Haha j’ai pas encore entamé le 2 mais je vais pas tarder 😀
      Grave, ça nous a occupé une petite année quand même !
      Oui avant mes livres étaient mélangés aussi, et puis j’ai acheté un meuble plus petit et je me suis dit que j’allais tester… Eh bien j’aime beaucoup finalement ^^

      Aimé par 1 personne

  4. Pour Le maître du haut-château, j’avais eu beaucoup de mal aussi. On me l’avait beaucoup vanté, mais ça s’est révélé un beau flop…
    Je n’ai pas lu ce Virginie Grimaldi, mais j’avais déjà trouvé son second (Tu comprendras quand tu seras plus grande) très réussi (et meilleur que Le premier jour du reste de ma vie qui, s’il était sympa, était aussi moins mémorable).
    Oh, tu vas écrire un article sur Quatre filles et un jean aussi ? Cool, je le lirai avec plaisir !
    A la croisée des mondes !  ❤
    Encore et, comme à chaque fois, félicitations pour Suzette !

    Aimé par 2 personnes

    1. Ah ben décidément, j’entends plusieurs personnes dire la même chose que toi pour ce maître du haut château !
      Et on m’a aussi dit que les Grimaldi étaient de mieux en mieux au fil des parutions, pour l’instant je trouve ça très rafraîchissant 🙂
      Ouiii il faut que je fasse un bilan de mes premières relectures, dès que j’aurai de nouveau la tête à ça je m’y colle !

      Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :