Le grand marin

Catherine Poulain, 2016

imagerepository.jpg

Je n’aurais probablement jamais acheté ce livre, mais il se trouve qu’on me l’a offert. Alors je suis sortie de ma zone de confort, je lui ai laissé une chance, et j’ai été absolument captivée par cette histoire peu banale. J’ai beaucoup de choses à en dire, on va tâcher d’organiser un minimum les pensées qui me viennent en vrac.

L’idée de base est toute simple : Lili part de son village de France pour rejoindre l’Alaska et aller pêcher la morue et le flétan dans un univers hautement physique et terriblement masculin. A travers ses yeux, on vit la difficulté de ce métier épuisant et exigeant, l’envie de se faire accepter par ces pêcheurs taciturnes et intimidants, le courage de décider ce que sera sa vie, la beauté sauvage de la nature, la satisfaction d’user son corps au-delà de ses limites, et surtout l’amour de la liberté.

Ce livre, c’est un magnifique hommage à tous ces thèmes. J’ai tout de suite été embarquée par la plume de Catherine Poulain, sans que je puisse vraiment expliquer pourquoi. Tout semble réel, les images me sont venues en tête sans effort et pendant quelques centaines de pages j’étais en Alaska avec Lili, en train de vivre une aventure incroyable. Il faut dire que cette aventure, Catherine l’a vécue : si ce roman n’est pas autobiographique, il s’inspire largement de sa propre expérience, elle qui a pêché pendant dix ans en Alaska. Lili et son auteure ont la même voix fluette et la même soif de liberté. Et toutes deux ont rencontré le grand marin, ce personnage qui semble représenter à lui seul toute la communauté des pêcheurs.

Je crois que c’est un roman qui peut être lu de tout un tas de manières. On peut y voir un encouragement à changer sa routine et prendre sa vie en main, on peut y assouvir son envie de grands espaces et de nouveaux horizons, on peut y découvrir un métier trop méconnu, et on peut même y trouver une romance entre Lili et le grand marin, même si ce n’est pas le propos principal du roman et qu’elle est tout sauf mièvre. Je me suis d’ailleurs interrogée sur le titre, puisque je n’avais pas l’impression que le but de Catherine était de mettre l’accent sur cette pseudo-histoire d’amour, et j’ai eu ma réponse dans une interview très intéressante (sur une radio suisse, pour une fois !) :

« Une histoire d’amour, ça ne m’intéresse pas de raconter des histoires d’amour. C’est une rencontre. […] Je voulais faire un livre sur la course, et sur les hommes, ces hommes qui se brûlent et qui ne peuvent pas s’arrêter. […] J’avais quelques pages sur le grand marin. Mais c’étaient des extraits, comme des toutes petites touches de peinture. J’ai rangé ces cahiers une fois, il me fallait un nom en vitesse alors j’ai dit bon, « le grand marin ». C’est un titre de hasard, peut-être. Des années plus tard, j’ai dû proposer un titre. J’avais une autre idée, « le sang des poissons », puis on m’a dit que « le grand marin », c’était mieux. »

Cette lecture m’a un peu fait penser à Wild, de Cheryl Strayed, un livre dont je n’ai pas encore parlé sur le blog mais qui m’a énormément plu aussi. L’approche est pourtant bien différente : Wild a un style de narration bien plus conventionnel, c’est un vrai récit autobiographique et on apprend beaucoup de choses sur le passé de Cheryl, sur les raisons qui la poussent à partir faire une randonnée plus ou moins suicidaire de plusieurs mois, on s’attache rapidement au personnage et on subit toutes les épreuves avec elle. De ce point de vue-là, Le grand marin m’échappe un peu, je n’ai pas réussi à le comprendre pleinement. On n’a presque aucune explication sur cette Lili, elle reste plutôt mystérieuse tout au long de la lecture. J’étais souvent étonnée par ses réactions, pas parce que le personnage est incohérent mais parce que je n’avais pas assez de clés pour la comprendre. Mais la magie opère quand même, je me suis servie de Lili comme simple narratrice et j’ai adoré sa façon de décrire les pêcheurs et la vie en Alaska.

Je ne sais pas si ce livre peut plaire à tout le monde, mais il a su me faire voyager bien qu’il soit un peu éloigné de mes lectures habituelles. C’est une bouffée d’air frais qui fait du bien, et à travers les interviews je découvre une auteure qui a plein de choses à dire, une grande sensibilité et un côté très attachant. Aujourd’hui, Catherine Poulain élève des brebis et couche sur papier toutes les histoires qu’elle a dans le coeur.

« J’ai plus la place en moi pour commencer d’autres choses sans les finir. J’ai énormément de choses en moi, j’ai envie de les terminer. »

Et moi j’ai hâte de lire son prochain livre, dont je suivrai la sortie sans aucun doute.

J’aurais encore beaucoup de choses à dire, mais je préfère m’arrêter là et je te conseille d’écouter l’interview si cette auteure t’intéresse autant que moi. Et pour terminer, je te propose un titre de The Builders and the Butchers, un groupe qui vient tout droit d’Alaska, une voix qui me fait penser à Jack White et des paroles qui collent parfaitement au grand marin, dans un mélange folk qui me plaît follement.

You’re dancin’ with your demons, baby,
You forgot your former life.
And it was hard swimmin’ once
And now you’re daily divin’ in.

6 commentaires sur “Le grand marin

Ajouter un commentaire

  1. Franchement, au premier abord, je ne lui donnerai aucune chance dans ma bibliothèque. Il est à des années-lumières de ma galaxie. Cependant, après ta critique, si je le croise, je lui donnerai moi aussi sa chance.
    C’est le souffle de liberté qui m’a poussée.

    Aimé par 2 people

  2. On en a déjà parlé et en lisant ton article je le sens au plus profond de moi même que je vais me l’acheter demain c’est certain. Tu m’as convaincu en me disant qu’on pourrait en discuter (toi tu dois lire Soleil vert x)). Et puis j’avoue en y repensant que je ne sors pas vraiment de ma zone de confort en fait : o

    Aimé par 1 personne

    1. Je me réjouis que tu le lises dans ce cas !! 🙂 haha effectivement, j’ai soleil vert, l’exorciste et La maison dans laquelle qui dorment dans ma bibliothèque grâce à toi 😉 ça promet encore de belles discussions 😀

      J'aime

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :