Falling in love with Hominids

Nalo Hopkinson, 2015

Whaou. C’est la première chose qu’il faut que je dise, avant d’attaquer ma chronique, parce que… whaou, tout simplement. Ne t’inquiète pas, je vais développer mon propos. Mais il fallait quand même que je le précise d’entrée.

Je me suis retrouvée en possession de ce recueil de nouvelles totalement par hasard, en découvrant que Humble Bundle organise de temps en temps des ventes de livres numériques (pour un prix qu’on fixe nous-mêmes, donc automatiquement une bonne affaire). Ils sont en anglais hein, je préfère préciser tout de suite, et ce n’est pas systématiquement une sélection de romans, mais il se trouve que quand je suis tombée dessus, ils proposaient un lot de plusieurs romans SFFF qui m’avaient l’air plutôt bien notés sur Goodreads, alors j’ai sauté le pas et j’ai reçu les cinq titres suivants, de la collection Tachyon :

  • Peter S. Beagle, In Calabria 
  • Collectif, Invaders
  • Nalo Hopkinson, Falling in love with Hominids
  • Ellen Klages, Wicked Wonders
  • Jeff VanderMeer, The Third Bear

Si tu en connais, je suis très intéressée à avoir ton avis ! J’ai donc attaqué Falling in love with Hominids sans savoir à quoi m’attendre. Tu le sais peut-être, je ne raffole pas des recueils de nouvelles, j’ai souvent de la peine à passer de l’une à l’autre en peu de temps, et en général il me manque un fil rouge pour vraiment apprécier ma lecture. Et pourtant, tu l’as compris, j’ai passé un excellent moment en compagnie de ce livre !

Je ne connaissais pas du tout Nalo Hopkinson, qui pourtant a déjà reçu plusieurs prix aux USA (mais il me semble que peu de ses livres sont traduits en français). Et j’ai été conquise dès l’avant-propos, dans lequel elle raconte qu’elle a dû réfléchir à ce qui liait ces nouvelles, écrites sur une dizaine d’années et pour des éditeurs différents, et qu’elle a réalisé que ça illustre la progression qu’elle a fait, de l’adolescente désabusée à l’adulte qui décide de croire en l’Homme. C’est parfaitement lisible dans le recueil, qui dépeint une foule de caractères, profondément humains, dans leurs bons comme leurs mauvais côtés, avec une dimension d’espoir et de bienveillance malgré les galères.

A vrai dire, ma préférée est la toute première, « The Easthound », celle qui m’a fait adorer immédiatement son style et la construction de ses scénarios. Je ne vais pas me risquer à te faire des résumés, vu la taille des textes, mais tout au long du recueil on baigne dans du fantastique assez varié, avec souvent des références jamaïcaines (d’où est originaire Nalo), un mélange qui m’a d’ailleurs beaucoup plu. Bien sûr, la qualité n’est pas la même dans toutes les nouvelles, mais dans l’ensemble je suis assez impressionnée de l’intelligence de ses intrigues et de la rapidité avec laquelle elle nous embarque dans son univers.

Un autre point très agréable, c’est les petites introductions qu’elle a mis avant chacune de ses nouvelles, pour introduire le contexte et les raisons qui l’ont poussé à les écrire. C’est une vraie plus-value, et un moyen bien efficace de rentrer dans l’histoire dès les premières lignes. J’aime beaucoup sa façon de penser et les idées qu’elle véhicule tout en douceur au fil des pages.

Au final, j’ai profité de ce recueil tout doucement, sans me presser, en lisant une nouvelle à la fois pour ne pas changer trop souvent d’ambiance, et je te recommande de faire pareil si tu as le même problème que moi. Ce qui est certain, c’est que j’ai vraiment envie de la découvrir dans des textes plus longs, parce que réussir à me convaincre juste avec des nouvelles, c’est un tour de force et ça présage de très belles choses pour le reste de sa bibliographie ! Alors si tu as déjà lu certains de ses titres ou que tu en as entendu du bien, je suis preneuse !

J’ai profité de faire quelques recherches sur la musique jamaïcaine, alors laisse-moi conclure cette chronique courte (mais enthousiaste) avec Harry Belafonte, pour amener un peu de soleil dans cette froide soirée d’hiver. Et vraiment, si l’anglais ne te rebute pas, fonce sur ce recueil !

17 commentaires sur “Falling in love with Hominids

Ajouter un commentaire

    1. Ah, ben encore mieux alors 😊 je n’en attendais pas grand chose et j’ai vraiment été étonnée 🙂
      N’est-ce pas !! J’avais pas la couverture sur mon epub, alors c’était la surprise en préparant la chronique, et je la trouve très réussie 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. Alors maintenant j’ai peur de créer trop d’attentes mais je prends le risque ! Je trouve sa plume super immersive et les idées sont vraiment chouettes, alors il y a de bonnes chances que ça te plaise 🙂 d’ailleurs, est-ce que tu connaissais Nalo Hopkinson?

      Aimé par 1 personne

  1. Alors déjà je suis très calme hein MAIS BON SANG CETTE COUVERTURE EST TELLEMENT SUBLIME OALALLALALALAL insérer le gif de Hades qui se calme
    Et si le dedans est aussi bien que le dehors, et bah moi je dis banco, je veux. Maintenant.

    J'aime

    1. Mais OUIIIIII je sais !!! Je suis encore plus frustrée que mon epub ait pas de couverture du tout, maintenant que je sais à quoi elle ressemble haha
      Je sais pas si ça te plairait, moi en tout cas j’adore son style 🙂 Et y a des nouvelles où je me suis vraiment dit que c’est le genre d’idées que j’adorerais écrire ^^

      Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :