Gatsby le Magnifique / The Great Gatsby

F. Scott Fitzgerald, 1925

On est à nouveau en pleine Semaine à 1000 chez le Pingouin Vert, et de mon côté je fais dans les titres hyper connus ces temps. Après Stephen King, j’ai dévoré les deux premiers tomes La Passe-Miroir, mais j’ai décidé de ne pas en faire de chronique pour l’instant parce que je préfère pouvoir donner mon avis sur une saga lorsque je l’ai terminée (en tout cas pour l’instant ça me plaît beaucoup et ça se lit bien). Mais j’ai quand même quelque chose à raconter, puisque je viens de terminer la lecture de The Great Gatsby. Et j’avais promis à Victoire que je lui donnerais des nouvelles quand je l’aurais lu, donc j’étais bien obligée d’écrire cette chronique !

Nick Carraway, fraîchement arrivé à New York et résidant à Long Island, réalise qu’il habite à côté d’un personnage grandement mystérieux du nom de Jay Gatsby. Dans sa demeure luxueuse et gigantesque, il tient des soirées mondaines tous les soirs et les rumeurs vont bon train : on dit qu’il a fait ses écoles à Oxford, qu’il a tué un homme, certains prétendent qu’il n’existe même pas. Et pourtant, il est bien vivant, et il semble s’intéresser de près à Nick, qui ne tarde pas à se demander ce qu’un tel personnage attend de lui.

Je suis ravie de cette lecture. Ce n’est pas un secret, j’adore lire des classiques dans la langue de Shakespeare quand j’en ai l’occasion et l’ambiance des années 20 a une esthétique qui me plaît beaucoup. Le texte en lui-même n’est pas très long, 170 pages dans mon édition : juste le temps de poser le décor et de laisser les personnages avancer tranquillement vers un drame annoncé. Autour d’une histoire d’amour plutôt tragique, Fitzgerald critique sans rougir la société riche et égocentrique des quartiers chics de New York et ses jeux de faux-semblant. Et le fait de découvrir tout cela à travers les yeux d’un simple spectateur apporte un angle très intéressant à l’histoire : on ne vit pas la passion dévorante de Gatsby de l’intérieur, on la devine à travers la narration de Nick, ce qui donne une distance et une clairvoyance sur ses agissements et sur ses états d’âme. Au niveau de la langue, je dirais que la VO est un peu corsée, il sera plus apprécié si tu as l’habitude de lire en anglais.

J’ai plusieurs fois eu envie de faire des parallèles avec Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote : là aussi, le texte est court, et on observe le personnage fantasque de Holly Golightly à travers le regard de « Fred », qui lui-même n’agit que très peu sur sa vie à elle. J’ai trouvé de nombreuses ressemblances entre Holly et Gatsby, dans leur innocence toute enfantine et leur détermination à changer de vie, dans leur caractère extravagant et leur sincérité qui détonne avec le personnage qu’ils se créent. Je ne suis pas la seule à y avoir pensé d’ailleurs, et en faisant mes recherches je suis tombée sur cet article très intéressant qui va jusqu’à dire que Breakfast at Tiffany’s est une réécriture plus moderne de The Great Gatsby. Je ne m’avancerai pas jusque là, je ne suis pas dans la tête de Truman et je ne suis pas experte en littérature américaine du XXe siècle, mais certaines ressemblances sont troublantes ! C’est peut-être aussi pour ça que ce texte m’a autant plu, puisque je suis une grande fan de Breakfast at Tiffany’s (comme en témoigne une partie du titre de ce blog).

Et pour une fois, j’ai vu le film avant de chroniquer le livre ! Je viens de visionner The Great Gatsby de 2013, avec DiCaprio. J’avais envie de voir ce film dès sa sortie, mais j’ai traîné à lire le livre. Je me demandais un peu ce qu’ils pourraient faire en 2h20, puisque le texte me semblait trop court, et finalement je suis vraiment contente du résultat : pour une fois tout y est, ni plus ni moins ! Les répliques sont exactement celles du livre, chaque événement est respecté, je n’ai pas remarqué d’ajout ou d’incohérence par rapport à l’histoire originale… En gros, pour adapter fidèlement un livre, il ne faut pas qu’il dépasse les 170 pages, maintenant on sait. Evidemment, DiCaprio est très convaincant en Gatsby, excellent choix. L’esthétique est magnifique aussi, rien à dire. Le seul choix artistique que je ne suis pas sûre d’aimer, finalement, c’est la musique. C’était plutôt perturbant de voir ces gens du siècle passé danser sur de l’electroswing. Mais je pense qu’ils savaient qu’ils prenaient un risque en proposant ce son mi-twenties mi-moderne, et c’est fait avec soin, donc c’est une « objection » tout à fait personnelle.

Bref, j’ai été touchée par le personnage de Gatsby. Les autres protagonistes passent un peu à la trappe, on a l’impression qu’ils sont tous plus véreux les uns que les autres et l’oeuvre dégage une grande mélancolie et une fatalité douce-amère qui m’a marquée. Le rythme de narration est un peu différent de celui qu’on aurait aujourd’hui, mais si on prend le soin de replacer cette lecture dans son époque, je pense qu’il a de très belles choses à offrir.

Pour la musique, du coup, je reste dans la période de Fitzgerald avec le très chouette « Everybody loves my baby » chanté ici par Louis Armstrong. Profite !

34 commentaires sur “Gatsby le Magnifique / The Great Gatsby

Ajouter un commentaire

  1. J’ai lu Gatsby avant de voir le film également, je m’attendais à m’ennuyer un peu mais au final j’ai adoré ma lecture. Quand j’ai su que le film allait sortir au cinéma et en 3D, j’ai eu très peur, je me demandais surtout comment allait être la maison et les fêtes monstrueuses de Gatsby. Au final j’ai trouvé le film génial!! La 3D ne m’a pas genée moi qui y suis habituellement réticente. Les fêtes étaient géniales et l’essence du livre a été vraiment bien adaptée je suis d’accord avec toi.
    Je n’ai pas lu Breakfast at Tiffany’s mais j’ai adoré le film. Il faudrait sûrement que je le lise aussi 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Le parallèle avec Breakfast at Tiffany’s est intéressant et fait sens. Je n’y ai pas pensé pourtant j’ai lu les deux livres de manière rapprochée. Mais les deux auteurs avaient des points communs notamment le fait d’être très mondain et avec des gros problèmes d’addictions…

    Aimé par 1 personne

  3. J’aime bien ton expression « une fatalité douce-amère », je trouve que ça résume bien l’ambiance de ce livre ! 🙂 Et je note le roman de Truman Capote que je n’ai jamais lu. (Oh et Everybody loves my baby _) Chouette chronique en tout cas et ravie d’avoir lu ton avis !
    Victoire

    Aimé par 1 personne

  4. The Great Gatsby ! J’avais bien aimé, mieux que Paris est une fête du copain de Fitzgerald d’ailleurs, mais je crois que je n’ai pas été assez touchée par ce que proposait l’écrivain malgré tout 😦 Par contre j’ai vraiment envie de voir le film !

    Aimé par 1 personne

    1. Pas lu Paris est une fête 🙂 mais dans ce cas je te conseille le film, effectivement ! Parce que la narration écrite est plutôt froide et distante, et le film apporte un peu plus de mise en scène (un peu trop hollywoodien parfois peut-être, mais ça permet d’être plus dans l’histoire ! En tout cas c’était mon impression 🙂 ).

      J'aime

    1. C’était mon premier, j’en lirai certainement un autre un jour pour me faire une idée 🙂
      C’est vrai que l’histoire est assez atroce, quand on y pense… ce n’est pas aussi flagrant dans le livre que dans le film je trouve, à cause de la distance du narrateur 🙂

      Aimé par 1 personne

  5. Je crois que c’est l’une des rares histoires que j’ai préféré en film qu’en livre. Je n’ai vraiment pas accroché avec le livre.
    Par contre, je n’ai jamais vu/lu Breakfast at Tiffany’s bien qu’il soit sur ma PAL de classiques. Mais du coup, si tu dis que les deux œuvres se ressemblent… j’suis moins enthousiaste. :-/

    Aimé par 1 personne

  6. Pas encore eu le temps de lire ton article en entier (promis pour demain ce sera fait) mais je viens aussi de finir le tome 1de la passe miroir et il ne me reste plus que 100 pages du tome 2!

    Aimé par 1 personne

  7. J’adore ce roman et curieusement, je crois que le film, l’univers autour de Gatsby ont peu à peu construit chez moi une affection plus prononcée à cette histoire. On me dit Gatsby je pense à un style, à une musique (comme celle que tu proposes d’ailleurs), je sais pas, il y a un truc…

    Aimé par 1 personne

  8. J’ai adoré le roman !!! Depuis, je n’ai qu’une envie : lire d’autres titres de F. Scott Fitzgerald ! Peu de temps après, j’ai regardé l’adaptation de Baz Luhrmann, et j’ai été charmée de nouveau !!! Tu as raison, L. Di Caprio est juste parfait dans ce rôle ! Un sans faute quoi ^_^
    Je constate avec joie que nous sommes sur la même longueur d’ondes 😉

    Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :