Les Enfants de la Terre (saga)

Jean M. Auel, 1980 – 2011

2018-02-16 10_39_36-Modifier l_article ‹ Déjeuner sous la pluie — WordPress.com

Ca fait un petit moment que je mentionne cette saga par-ci par-là sur le blog, et pour cause, je l’ai découverte avec ma très chère Tanuki dans un marathon qui dure depuis le mois de septembre ! On s’est donc envoyé les six tomes en un peu moins de cinq mois, ce que je trouve plutôt honorable sachant que chaque petit pavé fait dans les 800 pages. Et voilà, la dernière page est tournée, il est temps de revenir sur l’intégralité de la série pour te livrer mon avis. Et pour celui du Tanuki, c’est par ici !

Je n’étais absolument pas au courant du succès de ces livres en démarrant ma lecture. Je ne connaissais ni le contexte d’écriture, ni la période sur laquelle les tomes ont été publiés, je suis entrée dans l’histoire sans aucune idée préconçue, et c’est en faisant mes recherches à posteriori que j’ai pu mieux situer cette saga dans son époque et comprendre certains choix d’écriture qui m’intriguaient beaucoup. Je dirais donc que mon avis sur Les Enfants de la Terre s’est forgé en deux temps : le moment où j’ai lu les livres, et le moment où j’ai commencé à lire des critiques et des interviews pour contextualiser le tout. Alors je te propose de mener cette chronique de la même manière : d’abord mon ressenti immédiat, et ensuite mes recherches.

Mon avis sur la saga :

Donc, pour résumer très brièvement ces 5’000 pages : on se plonge dans la Préhistoire, pour suivre la vie d’Ayla, jeune enfant homo sapiens qui se retrouve séparée de sa tribu et est recueillie par des hommes de Néandertal. Pour se faire accepter, elle est donc forcée de s’adapter à des coutumes, une logique et un mode de vie qui ne sont pas les siens et ne lui correspondent pas. Mais son ingéniosité et son indépendance lui permettent d’innover, de repenser les codes, de devenir une femme forte qui n’a besoin de personne (jusqu’à ce que…. Non, on va en reparler).

Bon. Je connais assez peu de choses sur la Préhistoire, j’étais donc assez contente de sortir un peu de ma zone de confort et d’aller lire des péripéties néendertaliennes, et les deux premiers tomes m’ont vraiment emballée. Ayla est intelligente, volontaire, elle bouscule le cadre qu’on essaie de lui imposer, elle déborde d’idées pour faire progresser son clan et sa propre qualité de vie, tout en essayant de s’adapter à son environnement. Alors oui, elle a un peu des airs de Wonder Woman, mais on s’y fait, d’autant qu’elle passe par des épreuves vraiment douloureuses. Au-delà de ça, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les croyances du clan, à la voir apprivoiser des animaux, à observer leur mode de communication et leur façon de réfléchir. On a quand même quelques longueurs, pas mal de descriptions de paysage, mais rien de rébarbatif.

Sauf que. On va arriver en plein dans le sujet qui fâche. Dès le tome 2 apparaît un personnage merveilleux, bourré de qualités et de talents, profond, développé, travaillé et attachant (non). J’ai nommé Jondalar, le tombeur de ses dames, le bel Apollon grand et musclé, blond aux yeux bleus, dépuceleur professionnel (oui oui, à son niveau c’est quasiment un métier). Tu t’en doutes forcément, le beau damoiseau va ravir le coeur de notre chère Ayla désormais adulte, et on va se le farcir jusqu’à la fin de la saga.

J’ai tellement de choses à lui reprocher, je ne sais même pas par où commencer. Jondalar n’est défini que par son physique, tout le temps. Les seuls traits de sa personnalité qu’on connaît, c’est qu’il est jaloux et potentiellement violent (chouette, hein ?). Sinon, c’est juste un mec qui est fabuleux au lit, et qui aime Ayla passionnément, et qui va faire des crises de jalousie dès qu’elle adressera la parole à d’autres hommes. Vraiment la personne qui manquait dans cette histoire, non ? Et donc voilà, dès qu’il débarque, exit Wonder Woman et bonjour le manque de communication et les remises en question incessantes de « oh mon Dieu, je crois qu’il/elle ne me parle plus, je vais mourir de chagrin ». C’est bien simple, leur dynamique est absolument insupportable, et ça n’évoluera pas d’un pouce.

Oh et puis, quand tout va bien, on regrette presque le drama, parce qu’alors ils passent leur TEMPS à copuler, et on a droit à des pages et des pages de description imagée à base de « puits chaud et accueillant », de « caverne chaude et humide », de « membre viril glorieusement dressé » et d’immense explosion qui les submerge « tel le soleil qui inonde la vallée de ses derniers rayons dorés avant de plonger derrière les nuages noirs qui rehaussent l’or incandescent de sa lumière céleste » (et je jure que je n’invente RIEN, tout est copié tel quel). Je n’ai rien à rajouter, je pense que les citations parlent d’elles-même.

A partir de là, la qualité des tomes va decrescendo : la relation de « couple » (oui j’ai de la peine à appeler ça un couple, tu m’excuseras) est omniprésente, on a de plus en plus de longs passages descriptifs de paysages et d’animaux, on ressort sans arrêt les mêmes schémas de rencontre d’un nouveau clan, de chasse, de voyage, de questionnements sur les mêmes thèmes (et de copulation, n’oublions pas la copulation), et j’ai eu l’impression de relire le même livre en boucle. Alors tout n’était pas affreux hein, j’ai continué à beaucoup apprécier les animaux de compagnie d’Ayla et certains personnages secondaires, et j’avais quand même envie de voir où tout ça nous mènerait, mais il m’est arrivé de plus en plus souvent de sauter des passages entiers parce qu’ils se contentaient de résumer les tomes précédents ou de revenir sur des sujets que je connaissais par cœur.

Alors forcément, arrivée au bout de l’histoire, ça m’a intriguée. Je n’arrivais pas à comprendre ce que Jean Auel avait voulu transmettre avec ses livres, si elle avait exploité la licence sans inspiration pour se faire de l’argent ou si tout était prévu depuis le début dans un but un peu obscur… Alors j’ai commencé à fouiller sur internet, ce qui m’amène à la deuxième partie de mon propos.

Le contexte autour de la saga :

La première chose qu’il faut savoir, c’est que ces livres ont été écrits et publiés sur plus de trente ans, puisque le premier tome date de 1980 et que le dernier est sorti en 2011. Ce que ça implique, c’est que les mœurs ont quand même un peu évolué depuis le début de l’histoire, et j’imagine par exemple qu’un Jondalar, s’il fait hurler aujourd’hui, pouvait se rapprocher bien plus du cliché d’idéal masculin d’il y a une trentaine d’années. D’ailleurs, en parcourant les chroniques (surtout anglophones) des Enfants de la Terre, je suis tombée souvent sur des articles de femmes qui ont adoré ces livres à l’adolescence et qui n’ont réalisé que des années plus tard, en les relisant, à quel point Jondalar est insupportable (si tu lis l’anglais, je te conseille vivement cette chronique en particulier, qui m’a fait mourir de rire). Le problème avec ce laps de temps énorme, c’est que le public évolue, l’auteure aussi, et ça devient difficile de garder une cohérence et une constance tout au long des six tomes (et d’ailleurs, beaucoup de lecteurs sont très déçus des derniers tomes, surtout après avoir attendu chacun d’eux pendant des années).

Ensuite, il faut savoir que Jean Auel s’est énormément documentée pour l’écriture de cette série. Elle a lu tous les livres qu’elle trouvait, a parlé avec des professeurs, a voyagé à travers le monde pour visiter des grottes, des fouilles, voir des musées, bref, le travail de recherche est monumental, et le premier tome est d’ailleurs salué pour son exactitude et son sens du détail. Mais là aussi, j’ai l’impression qu’elle a été un peu prise au piège : en trente ans, on n’est pas à l’abri de nouvelles découvertes, certaines spéculations qu’elle avait faites se sont avérées fausses, il a été probablement plus difficile de rester collé à la réalité scientifique tout en faisant avancer l’histoire, et en particulier elle a découvert que deux des clans importants de la saga habitaient en réalité très loin l’un de l’autre, ce qui expliquerait que le tome 4 ne soit qu’un immense voyage insipide du point A au point B, à travers toute l’Europe. On peut quand même se demander s’il n’aurait pas fallu assouplir un peu la recherche de véracité historique et se permettre quelques souplesses au service de la narration.

Quoiqu’on en dise, Les Enfants de la Terre a eu un énorme succès, en particulier dans les pays anglophones. Les premiers tomes ont marqué une génération d’adolescents, beaucoup semblent avoir découvert l’écriture érotique à travers les scènes « graphiques », la fanbase est assez impressionnante. Il y a même eu un film en 1986, dont la bande-annonce m’a bien fait rire :

(note qu’en français, ils ont quand même réussi à foirer la traduction du titre. Le premier livre s’appelle Le clan de l’ours des cavernes, et le film « Le clan de la caverne des ours ». Je dis bravo) et qui a été un bel échec commercial. Très jolie surprise par contre, une fan de la saga a imaginé le scénario d’un tome 7 qui aborderait toutes les questions sans réponse et les événements non exploités, en reprenant le style des débuts, ça prend un peu de temps à lire mais j’aurais adoré le voir transposé en livre.

Au passage, je me suis absolument régalée avec les critiques Goodreads des six tomes. On sent l’exaspération croissante des fans qui sont dépités de l’évolution de la série, mais plutôt que de simplement se fâcher tout rouge et insulter Auel, ils posent des avis très, très drôles et blasés à base de « dans ce tome, on mentionne 22 fois le fait que Jondalar a les yeux bleus » et « j’aurais tellement aimé qu’il casse son dong contre les délicats pétales d’Ayla ». Ca pique un peu, mais pour évacuer la frustration c’est très agréable d’aller lire ce genre de chroniques désabusées.

En résumé :

Pour faire une synthèse, je dirais qu’on a un très bon démarrage, qui s’essouffle en cours de route à cause probablement des avancées de la recherche scientifique, de l’envie de rester dans la véracité historique, de l’écriture qui traîne sur trente ans et qui amène à des répétitions, des changements de direction du scénario et une lassitude du public. Avec le Tanuki, on a fait notre classement des meilleurs personnages, et ils sont tous soit des animaux, soit dans les trois premiers tomes. (Si ça t’intéresse, notre top 5 c’est Bébé, Loup, Creb, Iza et Ranec). Le côté historique reste intéressant, on apprend plein de choses et il n’est pas impossible que je relise les deux premiers tomes dans quelques années, mais c’est quand même bien dommage que la qualité et le rythme chutent aussi drastiquement au fil des bouquins. D’ailleurs, Auel n’a jamais vraiment affirmé qu’elle n’en écrirait pas d’autres, elle a aussi évoqué des idées de thriller préhistorique, je serais quand même curieuse de voir ce qu’elle peut raconter (en se débarrassant de Jondalar, s’il vous plaît).

En tous les cas, je suis vraiment contente d’avoir été accompagnée par le Tanuki dans cette aventure, qui aurait été beaucoup moins drôle toute seule. On a été d’accord tout du long, on a pu se plaindre ensemble, c’était parfait !

Pour conclure (enfiiiin !), je te propose « Stay Alive » de José González, parce que ces livres parlent quand même bien évidemment de survie, qu’on a aussi dû s’accrocher un peu pour les finir et que je n’aimerais pas t’achever avec la longueur de ma chronique. Prends-en plein les oreilles !

39 commentaires sur “Les Enfants de la Terre (saga)

Ajouter un commentaire

  1. Aha, j’adore, tu m’as bien fait rire ! J’ai bien évidemment entendu le nom de cette saga, mais jamais sa réputation, donc je suis un peu surprise ! Les éléments qui t’ont refroidi le feraient pour moi aussi à plus d’un titre. (en plus, c’est long…) Heureusement que tu n’as pas été toute seule, ça devait être bien drôle !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, je n’aurais jamais pensé qu’elle avait eu autant de succès 🙂 Ah à deux c’était beaucoup plus sympa, je confirme ^^
      Je peux tout à fait imaginer que tu serais rebutée par les mêmes aspects que moi 😉 Après, les deux premiers tomes sont vraiment sympas, dommage que ça se dégrade autant…

      Aimé par 1 personne

    1. Tu as du courage de lire ça en allemand, chapeau 🙂 Si tu as aimé le premier tome, le 2e devrait te plaire aussi 🙂 Et je pense effectivement que tu peux pousser jusqu’au 3 pour voir quelle direction ça prend, comme ça tu pourras décider si tu as envie de lire la suite ou non 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Haha, cette chronique me rappelle tellement mon impression de lecture sur cette série 😀 Je crois que le pire, c’est que je l’avais lue au collège… J’ai dû lire les 4 premiers tomes avant de m’arrêter, le premier m’avait plu, mais au bout d’un moment effectivement ça perdait de son intérêt ; et aussi les scènes de sexe étaient les premières que je lisais, à 12 ans, donc bon… J’étais beaucoup plus gênée et dégoûtée qu’autre chose XD

    Aimé par 1 personne

    1. Haha comment ça, t’étais pas émoustillée par ces descriptions si poétiques ? 😉
      Oui je peux imaginer… Après, j’aurais peut-être pris plus de plaisir en les lisant à l’adolescence, je ne sais pas 🙂 Mais ça reste une lecture sympa hein ! c’est juste que le niveau baisse petit à petit :/

      Aimé par 1 personne

    1. hahaha j’avais tellement de choix, je ne suis même pas sûre d’avoir pris les meilleures 😉 Après, si on ferme les yeux sur ces passages, l’histoire des premiers tomes est chouette 🙂
      Alors avec plaisir, c’était aussi le but 😀

      Aimé par 1 personne

  3. J’ai tellement ri en lisant ta chronique, ça m’a replongée dans des souvenirs hilarants/gênants : c’est ma grand-mère qui m’avait offert cette sage, j’avais 13 je crois… Je t’explique pas les choses que j’ai découvertes avec les deux premiers tomes. Passée l’étonnement du début, j’ai été bien moins intriguée à force de dizaines et de dizaines de pages de copulation toujours incroyablement formidables. Je me suis arrêtée à l’avant-dernier, lassée. Trop d’érotisme et de Jondalar… Les personnages, d’une manière générale, ne m’ont pas trop plu, à part dans le premier tome, qui reste mon préféré.

    Aimé par 1 personne

    1. Hahaha je peux imaginer 😀
      Oui hein, c’est très légèrement redondant 😉 et tellement réaliste…
      Je te comprends vraiment ! Les meilleurs personnages, c’est les animaux haha c’est quand même un peu triste 😁 mais pareil, le premier tome est mon préféré ! Et le deuxième, pour la partie où elle vit toute seule 😊

      Aimé par 1 personne

  4. Bien. Je ne perdrais pas mon temps à lire cette saga ! (Non parce que je me connais, même si les deux premiers tomes sont pas mal, j’aurais envie de lire la suite puisque j’aurais commencé, et ça va juste m’énerver.) Mais tu m’as beaucoup fait rire, il y a l’air d’avoir des moments d’anthologie dans ces bouquins ! De la poésie pure !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je peux comprendre ton point de vue 😉 J’aurais été bien plus énervée si je n’avais pas pu profiter de cette lecture pour blaguer avec ma compatriote Tanuki haha
      Ahh oui, certains passages sont bien gratinés 😀 😀

      Aimé par 1 personne

  5. Mais! Il y a eu un film ?! On me dit jamais rien à moi xD

    Bon plus sérieusement, je te le redis : quelle aventure (et quelle chronique 😉 ) !
    Je suis contente d’avoir fait cette LC en ta compagnie, clairement toute seule je n’aurais jamais dépassé le tome 3.

    Loup président !

    Aimé par 1 personne

    1. Hahaha j’ai regardé tous les extraits que j’ai pu trouver sur youtube, ça vend du rêve 😀

      Merci à toi de m’avoir accompagnée en sachant ce qui nous attendait haha ! Tu as été un soutien indispensable dans cette lourde quête 😀 ❤

      Ouiii et Bébé premier ministre !

      Aimé par 1 personne

  6. Je l’ai lu aussi il y a des années ! J’avoue que cette saga ne m’a pas trop marquée. La preuve, je les ai tous lu et pourtant je garde aucun souvenir des histoires. En lisant ta chronique, je me suis dit : ah ouais, voilà pourquoi je n’ai rien retenu hahaha

    Aimé par 1 personne

  7. Je ne connaissais pas du tout cette saga et ta chronique est super complète ! C’est sûr qu’en 30 ans il y a de quoi se perdre dans l’écriture des tomes… Du coup à partir de quels tomes la qualité a clairement baissé selon toi ? Tu penses que c’est possible de lire les deux premiers tomes et de s’arrêter là, ou l’intrigue reste en suspens ?

    Aimé par 1 personne

    1. Oh merci! Ben, les deux premiers sont vraiment sympa, le troisième est chouette aussi et dès le quatrième ça commence à beaucoup se répéter. Alors concrètement l’histoire ne se conclut pas avant le 6 (elle ne se conclut jamais vraiment, en vrai), c’est ce qui a fait que j’ai quand même tout lu mais il ne se passe plus rien de bien crucial à partir du 4 😅 alors si ça t’intéresse, tu peux déjà tenter le premier et voir à quel point ça t’embarque 🙂

      Aimé par 1 personne

  8. J’ai adoré ton billet et il m’a bien fait rire. Effectivement cette saga a commencé en 1980, j’ai acheté religieusement tous les tomes … mais je ne l’ai pas encore démarrée !! Et au vu de ton billet je pense que je vais le lire en travers …

    Aimé par 1 personne

  9. Mais c’est une véritable perlouze que vous avez lu là ! xD
    Très bel article, bien drôle et bien complet (merci je ne vais pas avoir besoin de les lire pour savoir de quoi ça parle)
    J’adore la Bande annonce, on dirait un mix entre une pub des années 80-90 Perrier ou Ushuaia (au choix) !!

    Aimé par 1 personne

    1. Ahh, ça je confirme 😀 On s’en souviendra longtemps (peut-être pas pour les bonnes raisons haha)
      Ouh, merci beaucoup pour tous ces compliments 🙂 Hahaha très bien trouvé Ushuaia, je ne peux qu’être d’accord avec toi 😀

      Aimé par 1 personne

  10. Pouahaha! Tu m’as fait rire. Depuis des années que l’épaisseur et la renommée de ces tomes m’ont fait croire qu’il s’agissait de grandes oeuvres Littéraires, merci de l’avoir démystifié!!

    Je viens d’ajouter The Last Neanderthal sur ma liste, si tu n’es pas épuisé du thème, peut-être que ça pourrait d’interpeler?

    Aimé par 1 personne

    1. Ahh, alors au niveau des ventes on peut dire qu’il a une bonne renommée, mais au niveau de la qualité j’émets quelques doutes 😉
      Il me faut clairement un petit break pour digérer tout ça ( 😛 ) mais le résumé de The Last Neanderthal est alléchant !! Je pourrais bien me laisser tenter dans un mois ou deux 🙂

      Aimé par 1 personne

  11. Je l’ai déjà dit chez le Tanuki mais, tant pis, je vais radoter 😀 Vos articles m’ont replongée des années en arrière, lorsque je lisais cette série. Tu dis que tu relirais peut-être les 2 premiers tomes, et c’est exactement ce que je me dis aujourd’hui, sachant que je les ai lus il y a une petite dizaine d’années.
    Ah, pauvre Jonjon, s’il savait qu’on est si nombreuses à résister à son charme légendaire, il ne s’en remettrait pas je pense 😀

    J'aime

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :