Extrêmement fort et incroyablement près

Jonathan Safran Foer, 2005

extremement_fort_et_incroyablement_pres

Magnifique expérience. Vraiment. Ce livre est unique en son genre, il faut peut-être s’accrocher un peu au début pour se faire à l’ambiance mais ça vaut vraiment la peine, parce qu’il est original autant dans la forme que dans le fond et qu’il est chargé en émotions…

Oskar, jeune garçon curieux et spécialement intelligent pour son âge, perd son papa lorsqu’il a 9 ans, dans les attentats du 11 septembre. Depuis, il est seul avec sa mère et il souffre de crises de panique et d’insomnie. Un jour, en cassant un vase, il trouve une clé qui semble appartenir à son père, dans une enveloppe avec le mot « Black ». Il décide alors de rencontrer tous les New Yorkais dont le nom de famille est Black, pour trouver la serrure qui va avec la clé et apprendre des choses sur son père.

Evidemment, cette recherche n’est qu’un prétexte, un moyen de se sortir de la dépression et de s’ouvrir au monde, et de faire revivre un peu son père qui lui manque tant. L’important n’est donc pas de chercher une cohérence, une logique : oui c’est invraisemblable, mais en tant que fable ça marche vraiment bien. Cette histoire est entrecoupée de lettres de sa grand-mère, qui raconte comment elle a rencontré son grand-père dans un contexte de guerre mondiale, et de récits dudit grand-père, qui a perdu la voix lorsque son premier amour est mort dans un bombardement, et qui, depuis, s’est fait tatouer « oui » et « non » sur les mains et se ballade depuis avec un petit carnet où il note ce qu’il veut dire. C’est finalement ce trio de narrateurs insolites qui crée cette atmosphère si unique, toute en douceur et en poésie malgré la gravité des thèmes abordés.

Je te parlais de l’originalité de la forme : j’adore qu’un écrivain fasse des expérimentations au niveau de la mise en page, ou de la police, ou de la façon d’organiser son texte. Dans ce livre, on trouve des photos, des mots entourés, des passages dans lesquels le narrateur a tellement de mots qui tournent dans sa tête que les pages sont saturées et qu’on n’arrive plus à lire quoi que ce soit. Je trouve ça fantastique, c’est le petit bonus qui renforce le côté atypique et même si ça rend l’histoire un peu décousue par moments, l’important n’est pas tant l’intrigue que l’atmosphère dans laquelle Foer nous plonge, et dans ce sens-là je trouve ces fantaisies vraiment pertinentes.

Je finirai sur la dernière image, celle qui m’a le plus marquée (ce n’est pas spécialement du spoil, à part si tu veux te garder la surprise) : tout à la fin du livre, on trouve une série de clichés qui illustrent la chute d’un corps depuis une des deux tours, sauf qu’ils ont été ordonnés à l’envers, ce qui fait qu’en faisant défiler les pages comme un folioscope (j’ai appris un mot aujourd’hui !) on a l’impression que le corps remonte dans la tour. Et c’est tellement fort comme dernier tableau ! Après avoir vécu ce deuil avec Oskar, c’était la meilleure manière de terminer ce roman, toujours dans la douceur et sans tomber dans le tire-larmes trop facile.

Je n’ai pas encore vu le film du même nom, mais il est dans un coin de ma tête. Je suis un peu partagée pour l’instant : j’ai peur de perdre une bonne partie de l’identité de ce livre en changeant de format, et en même temps le matériau de base peut vraiment permettre un excellent film. Mais je sais déjà que ma curiosité finira par l’emporter, d’autant qu’il a de plutôt bonnes critiques.

J’avais un sacré choix concernant la musique, il y a un certain paquet de musiciens qui ont été inspirés par le 11 septembre (ce n’est pas très étonnant). J’ai finalement choisi « When New York had her heart broke » de John Hiatt, qui m’inspire la même palette de sentiments que Extrêmement fort et incroyablement près (qu’est-ce que j’aime ce titre, au passage ! Je suis ravie qu’ils ne l’aient pas massacré à la traduction), entre la tristesse du texte et la douceur de la musique.

16 commentaires sur “Extrêmement fort et incroyablement près

Ajouter un commentaire

  1. J’ai très envie de lire ce livre! Il s’agit d’un auteur dont j’ai envie de découvrir l’oeuvre dans sa globalité. J’ai déjà eu l’occasion de lire  » Faut-il manger les animaux ? », j’a été séduite par la plume et la manière dont les idées sont amenées. Hâte de plonger dans un nouveau livre de l’auteur.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est le seul que j’ai lu de lui pour l’instant mais j’ai bien envie d’en découvrir d’autres parce que j’ai vraiment aimé son originalité et sa plume ! Je te recommande vivement celui ci en tout cas 🙂

      J'aime

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :