Biblical

Christopher Galt, 2014

Aujourd’hui, on va parler d’une grosse claque, un bouquin qui m’a retourné l’esprit et que j’ai dévoré du début à la fin. Le sujet n’est pas simple et plutôt axé sur la science, je ne pense pas qu’il plaira à tout le monde, mais je suis très emballée par cette lecture.

Dans un futur proche, des scientifiques tentent de construire de toutes pièces un cerveau capable de générer ses propres pensées. Partout dans le monde, des gens commencent à avoir des hallucinations passagères et se retrouvent plongés dans une autre époque. Dans cette frénésie et ce début de panique générale, le psychiatre John Macbeth tente de trouver l’origine de ces dérèglements et de cette fameuse phrase que tout le monde répète : « Nous nous transformons »…

Je m’intéresse un peu à toute la recherche actuelle sur l’intelligence artificielle, tout en étant passablement inquiète du chemin que ça risque de prendre. Sans vouloir entrer dans les détails ici, j’ai l’impression qu’on joue avec le feu en voulant créer une intelligence artificielle qui nous dépasserait, et que ça risque d’affecter la vie de tout un tas de gens qui n’ont rien demandé. Bref, c’est un sujet avec lequel je ne suis pas à l’aise, mais j’aime en parler et suivre l’avancée des recherches. Ce qui se passe dans Biblical m’a donc tout de suite accrochée : les scientifiques qui tentent de créer un cerveau pensant, et donc de créer la vie, finalement, c’est complètement dans ce thème-là. On est donc dans une sorte de science-fiction d’un futur très proche, et je te le dis d’emblée, ça fait froid dans le dos.

J’ai trouvé ce livre très bien construit. Globalement, il a un bon rythme, soutenu, haletant, avec une alternance entre les passages sur Macbeth qui mène son enquête et des apartés sur des personnes lambda qui vivent une hallucination. Le résultat, c’est qu’on vit plein d’époques différentes partout dans le monde, tout en ayant ce fil rouge pour nous tenir en haleine.

Au niveau du suspense, la tension monte de manière très efficace : d’abord très courtes et innocentes, les hallucinations commencent à prendre de l’ampleur, au point de créer des dommages physiques dans la réalité. Certaines personnes changent de personnalité du jour au lendemain, remettant en question leur propre existence et répétant en boucle « Nous nous transformons ». Les suicides collectifs se multiplient, sans raison apparente. C’est dans ce début d’apocalypse que Macbeth cherche à faire aboutir ses recherches tout en cherchant l’origine du comportement étrange de ces gens.

Et bien évidemment, un tel sujet de base soulève de nombreuses questions ouvertes, tant éthiques que philosophiques, et là encore Christopher Galt (qui est en réalité le pseudonyme de Craig Russell) les aborde avec beaucoup de justesse. J’ai d’ailleurs surligné (sur la liseuse hein, je ne suis pas du genre à mettre du stabylo dans mes bouquins) un tas de passages, dans les dialogues et les débats, qui portent autant sur le combat entre science et religion, la perception de la réalité, la physique quantique, les croyances, l’intelligence, la folie.

« Tu veux que je te donne ma définition de la réalité? Chacun de nous erre dans les ténèbres, braquant sa petite lampe de poche sur une portion réduite de l’univers. Quand nous sommes assez nombreux à pointer nos lampes dans la même direction, on obtient la réalité objective. Les gens que tu soignes, les délirants et les schizoïdes… ils éclairent simplement… ailleurs. »

En créant la vie, on peut se demander si on ne devient pas un peu des dieux. Et créer la vie dans un but scientifique, ça se rapproche finalement pas mal des expériences sur les animaux : dans ce livre, on veut créer un cerveau humain en partie pour lui injecter des pathologies et observer les changements. Cela permettrait un bond énorme dans la psychiatrie et la compréhension des hommes, mais comment gérer la question éthique dans le fait de créer la vie pour lui causer de la souffrance ? Par ailleurs, ce cerveau serait probablement capable, petit à petit, de générer un univers interne qui lui permettrait de vivre à l’intérieur d’une simulation. Or, ça remet en question notre perception de la réalité :

« Ironiquement, Bostrom a démontré que, s’il était possible de simuler des planètes habitées ou des univers entiers sur un calcul, il était très probable que nous vivions dans une simulation informatique. »

Eh oui, ça ressemble pas mal à Matrix (sans les combats épiques). Bref, on pourrait se dire que toutes ces questions polluent ou en tout cas ralentissent considérablement le rythme du livre, mais ça n’a pas du tout été mon impression. Je crois que le fait d’ajouter ces visions et des points de vue de personnes variées et pas rattachées au monde scientifique était la vraie bonne idée pour casser un peu cette ambiance trop intellectuelle. J’ai trouvé les hallucinations aussi passionnantes que les débats scientifiques, on se retrouve subitement dans un camp de concentration, ou spectateur d’une invasion viking, ou encore aux premières loges de la mise à mort de Jeanne d’Arc…

Bref, ce livre m’a retourné chaque neurone un à un, et j’ai vraiment adoré son angle d’attaque et les questions très actuelles qu’il soulève. Je le conseillerais quand même plutôt à des lecteurs qui montrent un intérêt pour la science, ou au moins une curiosité pour les avancées technologiques des dernières années, sans quoi quelques longueurs risquent de se faire sentir dans les passages de questionnement. En tout cas, je serais très curieuse d’avoir ton avis si tu l’as lu, et je serais ravie de pouvoir en discuter.

Pour la musique, j’ai directement pensé à la bande-son d’Inception : c’est un film qui m’a fait le même genre d’effet que ce livre et qui questionne aussi la réalité telle qu’on la perçoit, et je trouve que ce morceau en particulier colle parfaitement à l’ambiance générale du bouquin.

 

23 commentaires sur “Biblical

Ajouter un commentaire

  1. En effet, ça donne froid dans le dos. Toutes ces thématiques sont tellement de l’ordre du possible que je n’arrive pas à les lire parce que ça me fait trooop trooop peur. Mais je pense que ça pourrait énormément plaire à ma maman!!
    Tu commences à déteindre sur moi parce qu’en te lisant, j’ai direct pensé à une chanson à assortir avec ta chronique. Mais je suis moins réfléchie que toi et j’ai juste fait une association de titre avec Bliblical de Biffy Clyro.

    Aimé par 1 personne

    1. Je te comprends ! J’aime mieux ne pas m’y attarder trop longtemps non plus, sur ce genre de réflexions, mais en même temps j’aime me tenir informée 🙂
      Haha trop bien ! C’est une bonne idée aussi cette chanson d’ailleurs, peut-être un peu trop punchy pour le bouquin ^^

      Aimé par 1 personne

  2. Je trouve que les questions sur l’IA (l’éthique et les conséquences) et de notre perception de la réalité sont super intéressantes (même si je suis très loin de m’y connaitre). le fait que ce soit abordé dans un roman peut donner un angle intéressante à la réflexion. En plus, il y a des « voyages » dans le temps ! Bref, tu m’a vraiment donner envie de découvrir ce livre. je le note direct en haut de ma Wish-List.
    Merci pour la découverte 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Effectivement, ça soulève des questions intéressantes… Je ne créerai pas un nouvel être pour lui faire subir de la souffrance pour le bien de l’humanité, mais rien de surprenant là-dessus, c’est en accord avec mon végétarisme 😛

    Merci beaucoup pour ta chronique, je ne sais pas forcément si c livre me plairait, mais en tout cas, ça a quand même l’air intéressant !

    PS : J’en profite pour dire que ta nouvelle bannière est vraiment cool, j’aime beaucoup 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Haha je ne m’attendais pas à autre chose, surtout de la part d’une végétarienne 😉
      C’est des sujets difficiles mais super intéressants je trouve, d’autant qu’ils sont très actuels 🙂
      Ouuuh merci !! Tout (à part la tête de loup) a été pensé et réalisé par cette chère Ambroisie d’Envolees de pages, que je remercie très fort (et du coup ça me fait penser qu’il faut que je note ça dans la présentation du site, j’oublie à chaque fois !)

      Aimé par 1 personne

    1. Ouuuh j’aime cet état d’esprit 🙂 il est très abordable au niveau scientifique je dirais, pas de crainte à avoir sur ce côté-là ! (après, le sujet fait flipper, mais ça c’est un autre problème ^^) j’attends de tes nouvelles alors !

      J'aime

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :