[Prix du Polar] Sélection de février

Comme je l’annonçais il y a quelques semaines, je fais partie du jury pour le Prix du Polar 2018 du Livre de Poche. Dans ce cadre, je reçois entre deux et trois livres dans ma boîte aux lettres chaque mois, pour que je choisisse celui qui me plaît le plus (jusqu’au choix final qui se fera en septembre et qui élira un seul vainqueur). C’est toute émoustillée que j’ai donc reçu mon colis de février, et maintenant que mes trois lectures sont bouclées je suis bien contente de pouvoir t’en parler !

B. A. Paris – Derrière les portes

J’ai commencé l’aventure avec ce petit thriller qui s’annonçait divertissant et potentiellement addictif. Il parle de Grace, jeune femme indépendante qui va bientôt accueillir sa jeune sœur trisomique pour s’en occuper. Elle rencontre Jack, qui semble n’avoir que des qualités et qu’elle épouse en quelques mois. Mais voilà, tu t’en doutes, si on gratte le vernis, on pourrait faire des découvertes moins plaisantes…

Je te le dis d’emblée, quelle déception ! Je sais bien que je lis beaucoup de thrillers et que ça me rend exigeante, d’ailleurs il a plu à énormément de monde. Mais voilà, pour moi, tout sonne faux : les réactions des personnages n’ont aucune logique et semblent juste servir à amener l’histoire dans la direction prévue, on fait beaucoup de foin pour pas grand chose, et je n’ai pas eu une once d’empathie pour Grace (ce qui est fâcheux). Le livre s’articule entre le passé et le présent, technique qui me plaît beaucoup d’habitude, sauf que là, ça coupait un peu le suspense (surtout dans la première partie). Tout n’est pas mauvais, j’ai eu quelques bonnes surprises et des idées vraiment intéressantes, mais le traitement semble un peu bâclé, et ça m’a totalement sortie de l’histoire.

Au final, j’ai eu l’impression de lire un mélange entre Misery de Stephen King, Les Apparences de Gillian Flynn et La fille d’avant de J.P. Delaney, mais un mélange qu’on aurait retiré trop vite du feu et qu’on aurait oublié d’assaisonner. Dommage, parce que les ingrédients étaient là !

Sandrine Collette – Les larmes  noires sur la Terre

Sans me laisser démonter par cette petite déception, j’ai remis les couverts avec Les larmes noires sur la Terre. Et bien m’en a pris, parce que c’était une jolie claque !

On est quelque part en France, dans un futur proche. Les casses de voitures sont devenues des « centres » où l’on accueille les plus démunis, chacun reçoit son cadavre de voiture et travaille pour tenter de rassembler un peu d’argent et repartir de cet endroit sinistre. Après une suite d’événements malheureux, Moe se retrouve dans une de ces casses avec son nouveau-né, pour se rendre compte rapidement qu’elle a mis les pieds dans une forme de prison. La bonne nouvelle dans toute cette misère, c’est qu’elle va rencontrer un groupe de femmes formidables, des battantes qui s’entraident et refusent de baisser les bras.

On est plus dans du roman noir, et même dans du roman très très noir au vu de l’ambiance et du propos. Je ne connaissais pas du tout Sandrine Collette, mais sa plume est incisive et franche, parfaitement accordée au ton du livre. Entre l’histoire, l’atmosphère et le style d’écriture, je me suis retrouvée totalement captivée et j’ai dévoré ce roman sans m’en rendre compte. Une magnifique tranche de vie, entre coups durs, amitié, lutte et espoir… Je te le recommande vivement !

Robert Goddard – Sans même un adieu

 J’ai gardé le plus gros pavé pour la fin (ce qui n’était pas forcément stratégique de ma part), celui qui sur le papier me faisait le plus envie puisqu’il a d’abord été édité chez Sonatine (et que je répète assez souvent à quel point j’aime cette maison d’édition). Là aussi, une fois une atmosphère bien différente des deux premiers puisqu’on repart dans les années 20, dans un policier assez classique.

Geoffrey Staddon, architecte en baisse de régime, découvre dans le journal un drame familial : une brésilienne du nom de Consuela aurait tenté d’empoisonner son mari (très fortuné), et aurait à la place assassiné sa nièce. Une accusation qui pourrait coûter cher à une époque où la peine de mort n’est pas encore abolie… Reconnaissant en Consuela son amour de jeunesse, et la croyant incapable d’un tel acte, Geoffrey décide de mener son enquête pour l’innocenter.

Je ressors de cette lecture avec un sentiment un peu mitigé. J’ai beaucoup aimé l’ambiance londonienne du début du siècle dernier, la plume est délicate et agréable à lire, et globalement l’histoire m’a bien plu. Par contre, j’ai trouvé le rythme vraiment lent (on est quand même sur 800 pages, je crois qu’on aurait eu possibilité de tailler dans le gras) et j’avais envie de secouer le livre pour compresser les chapitres (ça n’a pas marché). Au niveau du déroulement de l’enquête c’est plutôt sympa, avec de bonnes surprises dans les révélations, même si parfois les indices sont un peu trop gros (mais rien de trop contrariant). Au-delà de l’aspect policier, c’est surtout un livre sur une relation manquée, sur les regrets et sur les erreurs de jeunesse, et ce côté hybride explique partiellement le rythme même si ça reste un peu déroutant. Une jolie lecture donc, que beaucoup aimeront et qui m’a juste frustrée par sa lenteur.


Ce n’est pas très difficile à deviner, c’est Les larmes noires sur la Terre qui a obtenu mon vote ce mois-ci ! Si tu as d’autres romans de Sandrine Collette à recommander, je suis preneuse, et si tu ne connais pas sa plume, file essayer, j’espère que ça te plaira !

prixdupolar.PNG

19 commentaires sur “[Prix du Polar] Sélection de février

Ajouter un commentaire

  1. Merci beaucoup de nous partager ton avis sur ces lectures ! Je suis prévisible si je dis que Les larmes noires sur la Terre me tente le plus parmi les trois ? 😛

    Sans même un adieu paraissait lui aussi prometteur, dommage que tu en sois ressortie mitigée.

    Aimé par 2 personnes

    1. Je mentirais en disant que je suis surprise 😉 mais c’est celui que j’ai préféré alors je ne peux pas te blâmer ! Haha
      Oui, après beaucoup de gens l’ont aimé ! Et le fond est vraiment sympa, c’est dommage pour ces longueurs..

      Aimé par 2 personnes

    1. Il est assez unique en son genre ! Il a fait un peu débat parce que ce n’est pas un « polar », mais vu qu’il n’existe pas de terme qui englobe les polars, les thrillers et les romans noirs, j’estime que le prix couvre tout ça ^^
      Haha j’ai dû lire un Thilliez et je l’ai déjà complètement oublié, donc sur ce critère-là probablement que ça se rejoint oui 😛

      Aimé par 2 personnes

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :