L’héritage des Rois-Passeurs / Les illusions de Sav-Loar

Manon Fargetton, 2015-2016

aawefa.PNG

Tu le sais probablement, avec mon cher Tanuki, on s’est envoyé les six tomes des Enfants de la Terre sur plusieurs mois, et c’était pas de tout repos. Alors, pour se remettre de toutes ces émotions, on avait décidé de se lancer dans Les illusions de Sav-Loar, pour se faire une lecture légère et sympathique avant d’attaquer les prochains gros morceaux qu’on veut lire ensemble (par exemple, Les lames du cardinal ou L’assassin Royal. Oui oui, on a du temps devant nous). Comme j’avais aussi L’héritage des Rois-Passeurs dans ma pile, j’ai profité de le lire dans la foulée, pour pouvoir te parler des deux en même temps. Malheureusement, malgré toute notre bonne volonté, la mayonnaise n’a pas vraiment pris…

J’ai décidé de te parler des deux livres en même temps, parce que s’ils ne font pas véritablement partie d’une saga, ils se déroulent dans le même univers et se veulent très probablement complémentaires. J’ai un peu de mal à en faire un résumé parce que les histoires ont tendance à se croiser, je me contenterai donc dans un premier temps de te dire qu’on est dans un univers fantasy, avec de la magie portée sur les ombres, beaucoup de femmes, un max de rebondissements et des jeux de pouvoir. Sur le principe, tout pour me plaire, donc…

Et d’ailleurs, j’y ai trouvé des points très positifs. Tout d’abord, l’étendue de l’univers : on sent que Manon Fargetton a pensé à tous les détails, c’est riche, il y a de l’originalité, par exemple dans le traitement de cette magie qui agit sur les ombres des gens et des objets, on a un grand nombre de personnages, on visite des lieux très différents, ça fait voyager, ça fait rêver, sur ce plan-là on est dans de la fantasy de qualité.

Ensuite, on a une omniprésence des personnages féminins, ce qui n’est pas forcément la norme dans la fantasy traditionnelle. On trouve aussi bien des jeunes filles qui veulent se libérer de leurs chaînes pour choisir leur destinée que des femmes un peu trop extrémistes qui voudraient éradiquer tous les hommes, ou encore des magiciennes dont les pouvoirs ne se déclarent que lorsqu’elles sont enceintes et qui s’arrangent pour l’être le plus souvent possible, sans forcément mener leur grossesse à terme… Bref, on a un peu de tout, et honnêtement, je n’étais pas toujours certaine de saisir le bon message, mais ça a le mérite de sortir un peu du lot des productions fantasy habituelles.

Au niveau du scénario, là aussi on a de bonnes idées. Ce n’est pas trop enfant, dans la mesure où certaines scènes sont quand même pas mal rudes et cruelles, on aborde des thématiques intéressantes, et l’histoire s’étale sur plusieurs années alors il devient difficile de prévoir la suite des événements. Et d’ailleurs, j’ai trouvé la démarche de ces deux livres très intrigante : tous les deux peuvent se lire de manière indépendante, mais ils se situent dans le même univers, et à certains moments les histoires se rejoignent, certains héros des Rois-Passeurs rencontrent des personnages qui sont plus développés dans Sav-Loar et inversément, et un passage qui n’est que survolé dans Sav-Loar constitue en réalité l’intrigue principale des Rois-Passeurs. L’impression que ça me donne, c’est que Manon Fargetton a prévu une immense histoire dans sa tête, et qu’elle veut l’écrire en plusieurs livres plus ou moins indépendants, qui détaillent chacun un autre pan de ce scénario, comme un grand puzzle dont on ne nous donnerait que quelques pièces à chaque fois. Sur le principe, c’est une idée qui m’emballe pas mal.

Mais alors, où est-ce que ça coince, après tous ces bons points ? Eh bien, malheureusement, je n’ai pas du tout adhéré à l’écriture. Et je ne pensais pas que cet aspect-là pourrait autant influencer mon expérience de lecture. Attention, je ne suis pas en train de dire que c’est mal écrit, mais il faut que je développe un peu mon propos.

Dans les deux livres, on est sur une plume qui explique au lieu de montrer. Par exemple, on va dire textuellement que certaines femmes ne sont pas d’accord avec ce principe de tomber enceinte pour avoir des pouvoirs, alors qu’on aurait pu le montrer par une scène de dispute entre deux personnages. Ca ne paraît pas forcément très grave, mais le problème c’est que ça rend l’écriture très factuelle : on ne s’arrête pas sur des détails, on ne décrit pas grand chose, on va droit dans l’action et on énonce les faits l’un après l’autre sans perdre de temps. Alors forcément, le roman en devient dynamique, mais il m’a totalement perdue au niveau de l’implication : je ne me suis pas sentie concernée, je ne me suis pas attachée aux personnages, je n’ai pas eu l’impression qu’on m’emmenait dans cet univers.

Et donc, malheureusement, tout ce que je citais au début comme des bons éléments a été entaché dans mon expérience de lectrice par cette plume trop efficace : je suis restée extérieure à cet univers pourtant riche, la condition féminine ne m’a pas touchée parce qu’elle restait survolée, et le scénario de manière générale allait beaucoup trop vite pour que je m’y intéresse réellement. Même cette idée de patchwork a fini par me frustrer, parce que j’ai toujours l’impression qu’on ne fait que me résumer les faits, en me les dévoilant trop vite, et en ne sachant pas si un autre livre reviendra dessus en détail ou non.

Au final, je pense que ces livres peuvent tout à fait convenir à un public adolescent, et d’ailleurs ils connaissent un grand succès, mais je pense que j’ai trop pris goût aux histoires fouillées, aux grands pavés qui prennent le temps de raconter des scènes qui n’auront pas d’incidence sur la suite de l’histoire, juste pour t’aider à t’immerger dans l’univers, si bien que j’ai simplement eu l’impression de lire le résumé d’un autre livre, qui serait plus gros, plus fourni, et passionnant. Une petite déception donc, parce que le fond a vraiment l’air intéressant !

Je séchais pas mal pour la musique, mais mon cher Tanuki est arrivé à la rescousse (attends quand même un peu avant de la remercier). J’étais pas moult convaincue à la base, mais finalement y a des nanas, y a du girl power qui, euh, va droit à l’essentiel, et ça envoie un beau message de persévérance dans les lectures communes malgré les dernières déconvenues (oui oui, c’est très beau ce que je raconte). En espérant que tu l’auras dans la tête toute la journée, comme moi ! Et si tu veux lire sa chronique, c’est par ici que ça se passe !

 

11 commentaires sur “L’héritage des Rois-Passeurs / Les illusions de Sav-Loar

Ajouter un commentaire

  1. Personnellement, les deux ont été des coups de coeur, mais je comprends ce que tu veux dire avec le côté « droit au but ». Ca passe ou ça casse, j’imagine 😉 En tout cas, ça reste très efficace quand on est réceptif à l’approche de l’auteure 🙂

    Dommage que ça ne l’ait pas fait avec toi :s

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis joie de voir vos deux avis parce que ces deux bouquins me tentent mais pas suffisamment pour que je me jette dessus dans la seconde. Du coup, je vais aller voir celui de Juliette mais les défauts que t’as souligné peuvent ne pas en être pour moi (j’aime bien quand on appelle un chat un chat), à voir donc !
    Bises
    Kin

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, peut-être que ça te plaira plus qu’à nous ! 🙂 En tout cas il y a plein de bonnes idées et c’est clair que si tu aimes que ça bouge, là tu vas être servie haha
      En tout cas je suis curieuse de voir ce que tu en penses si tu le testes un jour 🙂 (et si tu les veux en numérique, fais-moi signe ^^)

      Aimé par 1 personne

  3. Aha, le choix de la chanson, j’adore xD.

    C’est effectivement un livre qui a l’air assez intéressant, rien qu’avec la prédominance de personnages féminins. Très curieuse de voir comment l’autrice a géré la chose…

    C’est vrai que ce que tu dis sur l’écriture ne vend pas forcément du rêve. x) Merci en tout cas, tu nous as tout bien détaillé en restant objective 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, sur le fond il y a de jolies trouvailles 🙂 Mais sur la forme, c’est trop jeunesse et trop survolé pour moi ^^ mais c’était pas simple de mettre le doigt sur ce qui me gênait exactement, on a dû pas mal débriefer haha

      Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :