11.22.63

Stephen King, 2011

Résultat de recherche d'images pour "11.22.63 book"

C’est un peu timidement que je reviens te donner des nouvelles après quasiment trois semaines d’absence. La faute à tout un tas de facteurs cumulés : le nouveau travail à temps plein, le rythme à prendre, les fêtes en approche, et par-dessus le marché j’ai eu la bonne idée de me lancer dans un pavé, pour être bien sûre de n’avoir aucun contenu à te proposer si j’avais réussi à débloquer une heure pour écrire une chronique. Bref, j’ai été absente sur tous les plans et je m’en vais de ce pas rattraper tout ce que j’ai raté sur les blogs des copains, mais avant je tenais à te présenter la bestiole qui m’a retenue captive pendant ces trois semaines.

Jake Epping, professeur d’anglais dans une petite ville du Maine, découvre un jour un passage lui permettant de revenir dans le passé, en 1958. Al Templeton, qui avait trouvé ce passage avant lui et qui est désormais extrêmement malade, parvient à le convaincre de faire une chose folle : s’installer dans le passé jusqu’en 1963 pour pouvoir empêcher l’assassinat de Kennedy.

J’en suis encore à mes premiers King, et je dois dire que jusqu’ici j’aime énormément son travail. Je t’ai déjà vanté les mérites de Under the Dome,  Misery et Itet j’avais hâte de retrouver sa plume et son talent de narrateur. Et une fois de plus, je dois dire que je ne suis pas déçue ! On est sur un registre assez différent des trois autres titres, et j’ai avancé un peu péniblement par moments (mais je n’étais pas dans des conditions optimales non plus), mais en le refermant, je ne peux que m’émerveiller devant la construction, le soin du détail et l’immersion de ce livre.

Un premier point qui m’a fait plaisir, c’est le traitement du voyage dans le temps. C’est un sujet qu’on connaît par cœur, qu’on a exploité dans tous les sens et qui est franchement difficile à manier si on ne veut pas s’embourber dans les paradoxes et les incohérences, et le système de 11.22.63 est très bien réussi sur ce plan. C’est clair, c’est simple, on n’a pas besoin de se farcir des dizaines de pages d’explication, et si certains détails nous interpellent pendant toute la lecture, tout prend son sens à la fin dans un dénouement que j’ai adoré.

Un deuxième point tout aussi passionnant, c’est cette plongée dans les années 60. Je ne te cache pas que c’est une période qui me branche pas mal, entre les robes à pois et le rock’n roll, et King la ressuscite avec beaucoup de talent, en prenant soin de montrer aussi le revers de la médaille et les parts plus sombres de cette époque qu’on aurait tendance à laisser de côté (coucou, le racisme). C’est très centré sur les Etats-Unis, mais je vois difficilement comment on pourrait lui en vouloir vu le propos du bouquin.

Et justement un troisième point qui mérite d’être souligné, c’est tout le travail qu’il a fait autour de l’assassinat de Kennedy, bien évidemment ! On sent qu’il s’est renseigné, et plutôt deux fois qu’une. Si le sujet t’intéresse, il propose une liste de livres qu’il a consultés dans la postface, il te donne aussi son propre avis sur les événements et la culpabilité de Lee Oswald, et il cite les quelques libertés qu’il a prises dans son livre (libertés très minimes, à part la fin évidemment). Je t’avoue que j’étais assez peu renseignée sur le sujet, j’avais juste vu le film JFK qui est par ailleurs très intéressant, et j’ai adoré suivre le déroulement des faits à travers ce spectre de voyage temporel.

Alors bien sûr, il faut meubler ces quelques années entre l’arrivée dans le passé et le jour de l’assassinat. C’est là que les longueurs peuvent se faire sentir, parce qu’on se retrouve plongés dans la vie quotidienne de Jake qui prend ses marques et qui rencontre des gens, et qu’on aurait envie d’arriver directement au cœur de l’action. Mais après ma lecture de It, je m’y attendais un peu, et je sais que King ne fait pas ça par hasard. Parce qu’encore une fois, c’est seulement en refermant le livre qu’on se rend compte de tout ce boulot d’immersion, de toute les informations qu’on a reçues l’air de rien et de la densité de la narration, et ces passages plus lents y contribuent fortement. Je me doute que ça peut diviser, moi en tout cas j’adhère totalement.

Oh, et la cerise sur le gâteau, c’est les clins d’œil aux autres livres de King, bien sûr. J’ai sûrement raté plusieurs références vu que j’ai encore de grosses lacunes en ce qui concerne la bibliographie du monsieur, mais j’ai pu faire ma fangirl quand Jake débarque à Derry et qu’il échange quelques mots avec les enfants de It ! J’étais toute contente de recroiser cette petite bande, et ça me montre à quel point je me suis attachée à eux le long de ces 1400 pages (qui me semblaient aussi interminables, à certains moments, d’ailleurs).

Bref, je ne pensais pas qu’il me faudrait trois semaines pour boucler cette lecture, mais j’en garde un excellent souvenir. Pour bien, j’aurais voulu visionner la série avant de t’en parler mais j’avais beaucoup trop attendu avant de me manifester par ici. Je compte la voir en tout cas, et j’en ai entendu du bien ! J’ai encore plusieurs pavés de King qui m’attendent dans ma pile, il me reste certainement de belles surprises à découvrir. Et puis c’est comme d’habitude hein, j’aimerais te parler bien plus longuement de ce livre et entrer dans les détails (te parler du Yellow Card Man par exemple, du génie ce personnage) mais ce serait simplement te gâcher la surprise alors je m’arrête là.

Pour la musique, je serais probablement partie sur un son très sixties, mais j’ai eu un contact avec un groupe parisien fort sympathique du nom de Somehow, tenu par Erwan Pépiot et qui vient de sortir un nouvel album, Hidden Memories. C’est indie, c’est coloré, la voix d’Erwan est chaude et grave, et je me suis laissée bercer par leurs harmonies alors c’est avec grand plaisir que je voulais te faire écouter un de leurs morceaux aujourd’hui. Ça tombait bien, parce que cette chanson fait référence au temps qui passe, donc je décrète qu’on est pile dans le sujet. Il ne me reste plus qu’à te souhaiter de très belles fêtes, et à t’assurer que je vais tâcher d’être un peu plus présente par ici !

33 commentaires sur “11.22.63

Ajouter un commentaire

  1. A chaque fois que je vois une chronique sur un livre de King, je suis blasée car j’en ai toujours pas lu, que tout le monde a l’air de tout savoir, en mode gros connaisseurs, et moi, toujours paumée de la vie. J’ai Carrie dans ma PAL, qui sera sûrement lu l’année prochaine ! (et celui-là sera dans ma wish-list à cause de toi, bien évidemment)

    Aimé par 1 personne

  2. Tout d’abord, je te souhaite un joyeux Noël !!!
    Je suis ravie de te retrouver avec ce livre du King, que j’ai véritablement a-do-ré !
    Je l’ai lu avant « It », mais j’ai quand même fait le lien avec ces personnages tant aimés. Mon cœur a vibré encore une fois, et j’ai été bluffée par les recherches que l’auteur a fait sur cette tragédie historique, du travail de haut vol, et une immersion dans cette Amérique absolument passionnante !
    J’ai encore beaucoup de King a découvrir aussi, et serais heureuse de partager la lecture d’un de ses nombreux autres titres avec toi, à l’occasion, tant nos ressentis s’accordent 😉

    J'aime

    1. Ohhh merci beaucoup pour tous ces compliments ! Et je serais hyper contente d’en lire un avec toi 🙂 j’ai le Fléau et la Ligne Verte qui sont déjà dans ma pile, mais j’ai l’intention de tous les lire alors si un autre te fait envie et que tu as un élan, fais moi signe 😀

      J'aime

      1. Le Fléau me tente énormément ! Je suis déjà engagée pour d’autres LC en Janvier, mais si tu peux te libérer du temps (vu sa taille ^^) pour le lire à partir de février (ou plus tard, au moment qui te conviendra le mieux en fait 😉 ), fais-moi signe, ce sera avec plaisir 😉

        Aimé par 1 personne

  3. Ça fait un moment que ce livre me fait de l’oeil, mais j’avais quelques craintes. Après ta chronique je n’ai qu’une envie aller lire. Assassinat de Kennedy, voyage dans le temps et sixites, le tout sous la plume de Stephen king ça vend du rêve, mais approuvé par toi, c’est encore mieux !
    Bonne fêtes a toi aussi 😉

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai acheté le premier tome de Fleau qu’il me tarde de lire ! Comme d’habitude après avoir lu ton avis j’ai envie de me ruer dessus pour découvrir ce merveilleux bouquin. Il ne me tentait pas trop à l’époque mais King est un talentueux écrivain donc je suis sure que je ne serai pas déçue.

    Aimé par 1 personne

  5. Je reviens de temps en temps à King, qui a bercé mes soirées adolescentes, quoique « bercé » n’est peut-être pas le terme adéquat quand une lecture vous pousse à vérifier le dessous de votre lit avant dé’ateindre la lumière !
    J’ai lu ce titre l’an dernier, et une fois de plus, je n’ai pas été déçue. Au-delà de l’intrigue autour de de l’assassinat de Kennedy et du voyage dans le temps, il nous offre avec ce roman un tableau très vivant de l’Amérique des années 60, comme tu le soulignes justement.

    Aimé par 1 personne

  6. Intéressant! Et en effet, 1400 pages, ça fait une puissante brique!
    Cela fait bien longtemps que je ne me suis pas fait un petit Stephen King. A ce jour, le roman que je préfère de lui reste « Misery ».

    Aimé par 1 personne

  7. Bonjour, je découvre ton blog et je me suis tout de suite abonnée ! J’adore Stephen King depuis que je suis au collège. Mes préférés sont Misery, Dolores Clairbone, It…J’ai hâte de lire ce roman, merci pour le partage.

    Aimé par 1 personne

  8. Je suis fan de Stephen King depuis plus de 30 ans et je suis rarement déçue par ses romans ou ses recueils de nouvelles, même si maintenant j’ai un peu plus de peine avec ses romans d’horreur.

    J’attends avec impatience de pouvoir lire celui-ci, car je suis très intéressée par le « phénomène JFK » et j’ai vu pleins de documentaires et de films sur le sujet.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh mais alors toutes les conditions sont réunies pour qu’il te plaise je pense !! Qu’est ce que tu attends 😉
      Il me reste encore tellement de ses livres à lire, en même temps c’est enthousiasmant et en même temps c’est presque étourdissant haha

      J'aime

  9. … Jamais lu de King …Je suis pas fan des romans d’horreur, même si j’imagine que les siens dépassent le simple stade de l’histoire d’horreur. Disons plutôt que je risque d’être traumatisée XD J’avais déjà entendu parler de 11.22.63 et il m’intrigue pas mal ! J’avoue être très très trèèèèèès mal renseignée sur l’assassinat de JFK, donc ton article me donne une raison de plus pour le lire haha
    Même si je ne pense pas le lire maintenant, si j’ai l’occasion plus tard je me lancerai ! La taille du bouquin me fait un peu flipper quand même ^^’

    Aimé par 1 personne

    1. En tout cas, 11.22.63 c’est pas de l’horreur donc y a des chances que ça te plaise 😀 Et pareil, j’étais très très peu au courant de l’histoire haha j’ai appris plein de choses !
      Et je comprends pour la taille, je lis toujours les King en anglais mais à chaque fois il me faut des plombes pour les finir ^^

      Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :