Doctor Sleep

Stephen King, 2013

Avec Alec, on était tellement enthousiasmées par The Shining qu’on a eu envie de découvrir la suite, Doctor Sleep, sortie presque 40 ans plus tard. Tu dois savoir depuis le temps que j’aime beaucoup la plume de Stephen King, et j’achète désormais ses livres sans crainte et sans même savoir de quoi ils parlent. Mais alors, est-ce que ce second opus est à la hauteur du premier ? (Pour l’avis d’Alec, c’est par ici que ça se passe !)

Le petit Danny, survivant de l’Overlook Hotel, a bien grandi. Il a désormais la quarantaine, fréquente les alcooliques anonymes et utilise son don pour assister les mourants et les aider à passer de l’autre côté. Mais la vie tranquille qu’il essaie de se construire va être bousculée par sa rencontre avec Abra, une jeune demoiselle au shining extrêmement puissant qui va avoir grandement besoin de son aide. Car il existe des gens qui se nourrissent du shining, et ils sont prêts à tout pour s’emparer d’une proie aussi alléchante…

Tout d’abord, quel plaisir de retrouver Danny ! Une première chose qui m’a vraiment plu, c’est qu’on sent la continuité avec Shining, entre les références, les flash-backs et certains personnages qui reviennent dans cette suite. Je m’étais vraiment attachée à eux, j’étais ravie de voir leur évolution (pas toujours joyeuse, on est quand même dans du King) et de les suivre encore un peu.

C’est d’ailleurs ce qui a motivé King à écrire ce nouveau livre. Dans la postface, il raconte qu’à de nombreuses reprises, il se demandait ce que devenait Danny, quel âge il aurait et de quoi sa vie serait faite. On sent qu’il a beaucoup d’affection pour ce personnage, et qu’il voulait lui offrir un genre de happy end pour faire oublier les horreurs qu’il a traversées dans son enfance.

Un deuxième point très positif, bien entendu, c’est la plume de King, dont je te parle systématiquement et qui est toujours aussi prenante et immersive. Je précise que je lis toujours ses livres en version originale, et il semblerait qu’Alec se soit décidée à me rejoindre pour notre prochaine lecture commune. Je ne peux pas te parler de la traduction dans son ensemble, mais certains termes en tout cas sonnent beaucoup moins bien en français (même si on ne peut pas toujours faire autrement. M’enfin, le nom des mangeurs de shining passe de « True Knot » à « Nœud Vrai », ça perd un peu en tension dramatique) et si on est à l’aise en anglais, ça vaut vraiment le coup de tenter la VO (je ne suis pas en train d’accuser la traductrice, je n’ose pas imaginer les délais qu’elle a dû respecter vu que les versions françaises de 11.22.63 et Doctor Sleep sont sorties la même année…).

Quant à l’histoire en elle-même, je dirais qu’elle fait le job. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Abra, adorable gamine pleine de vie, malicieuse et courageuse, le rythme est agréable à suivre, avec un joli crescendo vers la fin, les « méchants » sont aussi intéressants et travaillés. Je ne peux pas te dire que le scénario est révolutionnaire, mais il y a quelques beaux coups d’éclats et des rebondissements croustillants.

Là où je suis restée un peu sur ma faim, c’est finalement dans la longueur du livre : tu le sais peut-être déjà, mes romans préférés de ce cher Stevie sont jusqu’à présent Under the Dome et It, qui sont des briques assez impressionnantes, et je prends un plaisir fou à me plonger dans ces romans interminables, aux univers terriblement soignés jusque dans les moindres détails. Donc personnellement, j’ai trouvé le tout un peu rapide, certains concepts sont juste survolés alors qu’il aurait été passionnant de s’y attarder et la résolution est quand même un poil expédiée par rapport à tous les efforts de mise en place.

Mais je pinaille, tu le sais bien, et ça ne m’a pas empêché de passer un très bon moment. D’ailleurs, toujours dans sa postface, King semble presque s’excuser d’avance auprès de ceux qui seraient déçus. Il dit très justement que les suites qui n’étaient pas prévues souffrent souvent de la comparaison avec l’oeuvre d’origine, et souligne aussi que dans ce cas précis, ceux qui se basent sur le film de Kubrick risquent d’être un peu perdus (effectivement, son livre n’a pas grand chose en commun avec le film, et il ne perd pas une occasion de le rappeler). Il conclut même en disant que son but est simplement qu’on passe un bon moment. Si c’est vrai, le contrat est rempli.

En bref, je ne crois pas que ce livre me marquera autant que d’autres de sa bibliographie, et il n’a pas su retrouver la puissance de narration de Shining (d’ailleurs, j’ai peine à croire qu’on le classe dans la catégorie « horreur », pour moi c’est du fantastique pur et dur), mais il permet de poser une conclusion à l’histoire de Danny et reste une lecture entraînante, sympathique et qu’on dévore sans s’en rendre compte. On sent la tendresse qui prédomine tout au long de l’histoire, ce qui empêche justement le livre de tomber dans l’horrifique et m’a amenée vers une facette de King que je ne connaissais pas encore. Finalement, le Noeud Vrai (rah, ce nom) ne m’aura pas traumatisée (alors qu’il avait les moyens de le faire, si on avait plus mis l’accent sur cette partie de l’histoire) mais je garderai en tête la douceur de la relation entre Danny et Abra, et la jolie sensation d’un auteur qui voulait offrir à son personnage une conclusion plus agréable que quarante ans plus tôt. Pas forcément le livre que je conseillerais pour découvrir King donc, et pas vraiment à la hauteur de tout le battage médiatique auquel il a eu droit (le côté « oh mon dieu, un second Shining » risque de lui avoir fait plus de tort que de bien, à mon avis, vu le ton bien différent des deux romans), mais une petite parenthèse plus simple, plus douce pour se reposer entre les romans coup-de-poing dont il a le secret.

Pour la musique de fin, je voulais quelque chose d’un peu sombre mais avec une certaine douceur, qui montre le combat de Danny pour se sortir de ses vieux démons tout en amenant de l’espoir. J’ai finalement opté pour Wolf Alice, un groupe qui faisait la première partie de Alt-J lorsque je les ai vus en concert et qui m’a vraiment plu. La voix de la chanteuse est délicate, les chansons sont en général pas mal animées mais j’ai choisi « Soapy Water », plus calme et dont les paroles parlent justement d’une envie de rentrer dans le moule, de la difficulté de ne pas se laisser envahir par ses angoisses. L’ambiance me paraît bien en accord avec Doctor Sleep !

I wash my face with soapy water
Disguise the tears cause you’re somebody’s daughter
And they don’t ever wanna see you cry
Anxiety’s grip is always waiting to take me
It sits in my stomach, I fear it’s starting to shape me
It’s hard to live when you’re scared to die

15 commentaires sur “Doctor Sleep

Ajouter un commentaire

    1. Comme d’habitude, j’ai envie de dire 😀 c’est très agréable d’avoir des partenaires de lecture quand on sait d’avance que ça va bien se passer ^^ Vivement le prochain, oui !

      J'aime

  1. Malgré tes bémols, qui sont plutôt légers, je lirai ce titre, ne serai-ce en effet que pour le plaisir de retrouver Danny, et parce que, comme je crois l’avoir déjà écrit ici, Shining est à ce jour mon titre préféré de cet auteur.

    Aimé par 1 personne

  2. Je crois que je suis la préposée aux commentaires débiles, mais… Abra… Comme le Pokémon ? /pan/ (si tu te demandes, j’ai un léger passif avec ce jeu, alors forcément, ça m’a sauté aux yeux)

    Noeud Vrai… Si je n’étais pas un peu frileuse avec l’anglais (dans le sens où je mets du temps), je lirais la VO aussi, je crois. Sinon, pour en revenir à ton avis, je crois que la pure débutante que je suis dans le domaine « Stephen King » te croit à 100%. 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Ouiiii haha je me suis aussi fait la réflexion au début du bouquin, t’inquiète pas 😀
      Ah ça fait un peu mal, la traduction hein 😉 Y a un personnage, Snakebite Andi, qui a été traduit par « Andi la Piquouse », j’en pleurerais.

      Aimé par 1 personne

  3. On vient de lire Shining avec Mimine, un coup de coeur pour moi, mais je suis en revanche un peu plus réservée avec les suites publiées des années après. Cela dit, je crois que j’en ai un exemplaire chez mes parents, donc je lui laisserai peut-être une chance… (même s’il est en français et qu’effectivement la traduction semble un peu moins forte que la VO par moments).

    Aimé par 1 personne

    1. Trop contente que tu l’aies lu et aimé !! 😀 Je comprends tes réserves, et il ne faut vraiment pas essayer de comparer les deux si on veut apprécier Doctor Sleep je pense ^^ Mais il est chouette, dans un autre genre 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Shining est un de mes romans préférés de King, je l’adore et c »était d’ailleurs un de mes tout Premiers ❤ Je l’ai relu des années après et je me suis toujours autant fait dans le slip, donc je te rejoins sur le fait que Doctor Sleep n’est pas de l’horreur, mais du fantastique. Mais j’ai aussi passé un super Moment et cette tendresse pour Danny fait du bien je trouve 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, on est d’accord que celui-là n’a rien d’horrifique ^^ On dirait qu’il aurait eu des scrupules à replonger Danny dans une histoire trop affreuse 😉 J’ai trouvé cette affection très jolie à suivre aussi 🙂

      Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :